Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grenoble : Arc Nucléart va tenter de percer le mystère de la tombe de l'abbé de Saint-Médard, mort en 1206

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Le laboratoire Arc Nucléart abrite depuis un mois, un hôte de choix, un abbé mort en 1206 à Soissons (Aisne). Les archéologues qui ont fait cette découverte dans abbaye Saint-Médard ont demandé au site grenoblois de traiter la dépouille d'Albéric de Braine pour la conserver et l'étudier.

Prélèvement de la tombe d'Albéric de Braine
Prélèvement de la tombe d'Albéric de Braine - Christian Vernou

Le laboratoire Arc Nucléart abrite depuis un mois les restes d'un abbé mort en 1206 près de Soissons (Aisne) à l'abbaye de Saint-Médard, aujourd'hui disparue, qui fut un centre religieux très important, où les rois carolingiens se faisaient couronner. Les abbés qui la dirigeaient étaient donc de grands personnages.  Et c'est l'un d'entre eux qui a été mis au jour récemment, lors de fouilles archéologiques. Le laboratoire Arc Nucléart est hébergé sur le site du CEA Grenoble : c'est un atelier-laboratoire dédié à la conservation et la restauration des objets du patrimoine en bois ou cuir. Il possède des compétences et des installations uniques en Europe pour le traitement des objets archéologiques en bois de grandes dimensions.

Une découverte exceptionnelle

Albéric de Braine, 1206, peut-on lire sur la tombe. Une découverte exceptionnelle, pour Christian Vernou, le conservateur en chef du patrimoine à Arc Nucléart : "On peut encore voir son ample manteau, qui enveloppait son corps, dont une bordure est tissée de fils d'or. On voit des chaussures montantes, des sortes de bottines en cuir. Les os de ses mains sont croisés sur sa poitrine, et tiennent sa crosse d'abbé, une hampe en bois." 

Laurent Cortelle et Christian Vernou (de gauche à droite) d'arc Nucléart
Laurent Cortelle et Christian Vernou (de gauche à droite) d'arc Nucléart © Radio France - Véronique Pueyo

L'exhumation de l'abbé Albéric de Braine, un travail très délicat

Il a fallu prendre mille précautions pour prélever la sépulture de l'abbé et la ramener intacte  Grenoble, dans un sarcophage étanche. Un travail délicat et capital qui a été confié à Laure Meunier, restauratrice-conservatrice : "C'est vrai que l'on a la pression, car en déplaçant le corps pour le faire passer de la tombe au coffre dans lequel on va le transporter, rien ne doit bouger, aucun des os du squelette, que plus aucune chair ne relie entre eux. En quelque sorte, nous sommes les gardiens de l'état de conservation de la sépulture."

Irradier la dépouille pour la débarrasser de ses bactéries

Le soir même de son arrivée à Arc Nucléart, les restes de l'abbé ont été irradiés par des rayons Gamma, dans une pièce spéciale. Un traitement biocide, réalisé par Laurent Cortella, ingénieur à Arc Nucléart. "L'irradiation de l'Abbé a duré un peu plus de 24 heures. On est sur des doses très fortes. On cherche à tuer des bactéries, relativement radio-résistantes. _L'idée c'est que les personnes qui vont ensuite manipuler la dépouille le fassent dans des conditions sanitaires très sécurisées, sans risque biologique"_.

Laurent Cortella, près du sarcophage de l'Abbé, qu'il a traité aux rayons Gamma
Laurent Cortella, près du sarcophage de l'Abbé, qu'il a traité aux rayons Gamma © Radio France - Véronique Pueyo

Le mystère de la mort d'Albéric de Braine

Dans le courant de l'année, la dépouille de l'abbé Albéric de Braine va être étudiée par une équipe pluridisciplinaire, pour comprendre par exemple pourquoi le corps était séparé de la tête par une sorte de collerette en plomb. Les chercheurs vont se transformer en Sherlock Holmes. Christian Vernou explique que quand ils ont enlevé la collerette, ils ont trouvé un crâne en très mauvais état. "Est-ce un élément dramatique qui a participé à son décès ? Il y avait aussi une sorte de foulard qui protégeait le cou. L'étude va peut-être nous dire comment et de quoi est mort ce personnage, au début du 13e siècle ! La dépouille va également être scannée."

Ecoutez le reportage de France Bleu Isère

A terme, la sépulture d'Albéric de Braine, abbé de Saint Médard, mort en 1206, devrait être exposée au musée de Soissons.

Qu'est-ce que Arc Nucléart ?

ARC-Nucléart est un groupement indépendant, hébergé sur le site du CEA Grenoble : atelier-laboratoire dédié à la conservation et la restauration des objets du patrimoine en bois ou cuir, il possède des compétences et des installations uniques en Europe pour le traitement des objets archéologiques en bois de grandes dimensions. Fondé dans les années 70, aujourd'hui sous la forme d'un Groupement d'Intérêt Public soutenu par quatre partenaires, le CEA, le Ministère de la Culture, la Ville de Grenoble et l'association ProNucléart, ARC-Nucléart a pour missions :

  • la conservation et la restauration des objets culturels archéologiques, historiques ou ethnographiques en matériaux organiques,
  • la recherche destinée à étudier les matériaux dégradés et développer de nouvelles techniques de traitement.

Fragilisés, les objets du patrimoine nécessitent, pour pouvoir être conservés et présentés au public, des opérations de consolidation et de restauration. Dans des locaux équipés d’installations de haute technicité, sur une surface de 3000 mètres carrés, une équipe pluridisciplinaire (chimistes, physiciens, techniciens, restaurateurs, conservateur, personnel administratif) se consacre à la sauvegarde du patrimoine, intervenant sur les collections des musées ou dans les monuments historiques, mais aussi sur les chantiers de fouilles pour assister les archéologues.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess