Insolite

A Guesnain, un enfant du pays fait revivre le café de son arrière-arrière-grand-père

Par Cécile Bidault, France Bleu Nord vendredi 7 avril 2017 à 6:00

Eric Leleu au milieu du chantier de son futur café "La Musette"
Eric Leleu au milieu du chantier de son futur café "La Musette" - Anne-Gloria Lefèvre

Eric Leleu, 38 ans, photographe, vient de passer douze ans en Chine. Il a racheté le café de Guesnain, qui allait fermer définitivement. Son projet : faire renaître ce café, mais aussi installer un musée de la photographie, et un magasin de produits fermiers.

Dans le Douaisis, à Guesnain, c'est le projet, complètement fou, d'un photographe de 38 ans. Eric Leleu a grandi dans cette petite ville de 4500 habitants, et il vient de passer 12 ans en Chine, à Shanghaï. A son retour, il se rend compte que le café de la commune, "Chez Françoise" va fermer après 130 ans d'existence, car la tenancière prend sa retraite et qu'il n'y a pas de repreneur.

"Chez Françoise" va devenir "La Musette"

Eric commence à photographier le café sous toutes ses coutures, il en fait une exposition. Il tombe amoureux du lieu, d'abord de sa lumière, normal pour un photographe, "c'est un décor de cinéma !", et il décide de l'acheter et de le retaper, pour lui donner une seconde vie. Il a déjà un nom : la Musette, comme la musette du mineur. Il se trouve qu'Eric Leleu n'est autre que l'arrière-arrière-petit fils du fondateur du café. Son arrière arrière grand-père l'a ouvert en 1885.

Créer un musée de la photographie

Le café en lui même restera tel que les anciens s'en souviennent : le comptoir, les tables, les chaises, la rosace au plafond seront restaurés. Mais le projet est bien plus large que ça : dans la pièce d'à-côté, il y aura un magasin fermier, où il vendra les produits des agriculteurs à 30 km à la ronde. Et dans l'arrière boutique, Eric veut créer le premier centre de photographie du Douaisis. Il y aura des expositions, une bibliothèque de beaux livres photos, des ateliers, des formations.

Vas-y, fonce !

Avant l'ouverture, prévue en mai 2018, il y a beaucoup de travaux à réaliser : "C'est Bagdad", résume Eric Leleu, qui détaille le chantier qu'il a devant lui : "la mérule dans la toiture, l'amiante, le plomb, les murs écroulés, les fils qui pendent...". Mais, très philosophe (est-ce un proverbe chinois ?), il explique que "si on regarde tout en haut de la montagne, on ne franchit pas le premier pas".

  - Aucun(e)
- Anne-Gloria Lefèvre

Eric Leleu nous raconte son amour de ce café

Et son son arrière-arrière-grand-père voyait Eric et son projet, qu'en dirait-il ? Eric répond : "J'imagine qu'il me dirait, en patois, "saque eddin" ! Vas-y, fonce !"

Concours d'entreprenariat social

Pour financer une partie des travaux, Eric Leleux participe à un concours d'entreprenariat social. Vous pouvez voter jusqu'au 11 avril, pour l'envoyer en finale, et lui donner une chance de gagner l'une des bourses en jeu, qui lui permettrait de financer le ravalement du bâtiment de briques.

La Belle histoire de la Musette, à écouter et podcaster ICI.