Insolite

Halloween en Dordogne : des médiums chassent les âmes errantes

Par Caroline Pomès, France Bleu Périgord dimanche 30 octobre 2016 à 16:40

Claire Bousquet en pleine communication avec des morts près de Bergerac
Claire Bousquet en pleine communication avec des morts près de Bergerac © Radio France - Caroline Pomès

Plus d'une cinquantaine de médiums sont répertoriés dans les pages jaunes du département. Ces " soigneurs " périgourdins discutent avec les morts et aident les vivants à chasser les fantômes et à aller mieux.

Ils entendent des voix, ont des flashs et voient des morts. Tous les médiums ou "soigneurs" partent de cette même constatation. Des gens de l'Au-delà leur parlent. Après que ce soit à travers une boule, sur papier, par des dessins, par des cartes, chacun délivre les messages à sa manière.

Pour Jérôme Vincent, qui soigne "ceux qui sont au bout du rouleau", ça a commencé à l'âge de 8 ans. Toutes les nuits, il voyait une femme âgée, le regard hagard, debout au bout de son lit. En regardant des photos de famille, il s'est aperçu que c'était une de ses aïeules.

A 8 ans, j'ai eu très peur. Toutes les nuits une vieille dame dont les contours étaient un peu flous me rendait visite au bout du lit. C'était une de mes aïeules décédée depuis longtemps. — Jérôme Vincent, médium

Depuis il entend des voix de ses "patrons". "Ce sont toujours les mêmes, trois hommes et une femme. Ils me guident, me renseignent sur chaque personne qui vient me voir" raconte ce Charentais d'origine. Depuis huit ans, il a fait du médiumnisme son métier. Le concept : il reçoit une personne, triée au préalable par un premier entretien au téléphone. Il lui demande quelques informations, son prénom, son âge. Ses outils ? Un carnet et un crayon. L'entretien peut durer jusqu'à une heure. Il écrit tout ce qu'il entend et voit et après fait un compte-rendu à la personne.

Jérôme Vincent avec son carnet où il a transcrit ses échanges avec les morts - Radio France
Jérôme Vincent avec son carnet où il a transcrit ses échanges avec les morts © Radio France - Caroline Pomès

Il lui est également arrivé de chasser les âmes errantes. Un enfant de six ans se réveillait toutes les nuits à trois heures du matin. "C'est sa grand-mère qui lui rendait visite". La mère entendait des bruits de pas dans le couloir également. "Mes guides lui ont demandé de partir et c'était terminé", raconte Jérôme Vincent, comme si c'était une évidence pour cet homme qui assure parler à des morts tous les jours.

En touchant les murs d'un château vers Sarlat, j'ai eu des flashs des scènes de danse de l'époque mais aussi d'un enfant en train de mourir d'une maladie des poumons. — Jérôme Vincent, médium.

De la voix au dessin

Pour Claire Bousquet de Lamonzie-Saint-Martin c'est différent. Elle a commencé avec un pendule et puis un jour "sa main, qui dans ces moments-là ne lui appartient plus" s'est mise à dessiner. Depuis elle soigne les gens en dessinant à la craie des signes dictés par la voix de ses "guides". Elle touche également ses consultants à des points stratégiques pour faire "circuler les énergies".

Claire Bousquet en pleine séance d'échange avec ses " guides " - Radio France
Claire Bousquet en pleine séance d'échange avec ses " guides " © Radio France - Caroline Pomès

En Dordogne, ils sont plus d'une cinquantaine à être répertoriés sur l'annuaire en tant que "médium". Mais Jérôme Vincent tient à signaler qu'il faut faire attention aux charlatans. Et après à chacun de juger si il y croit ou non. En tout cas, plus de deux tiers des Français croiraient aux phénomènes paranormaux selon une étude commandée par le magazine Science et vie en 2015.

Partager sur :