Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haute-Savoie : qui s'acharne sur les pommiers d'un verger à Chênex ?

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Quelqu'un a cisaillé et arraché deux fois un mois plus de mille pommiers sur un terrain agricole de Chênex, en Haute-Savoie. Les exploitants ne s'expliquent pas ce vandalisme.

Les jeunes pommiers ont été cisaillés, laissés pendus au câble de palissage
Les jeunes pommiers ont été cisaillés, laissés pendus au câble de palissage - Jérôme Revillard

L'histoire commence début mai. Le 5 au matin, un promeneur signale aux frères Revillard, dont l'exploitation agricole est basée à Contamine-Sarzin, un acte de vandalisme sur leur nouveau verger dans une commune proche, à Chênex (Haute-Savoie). Sur cet hectare, un peu plus de mille pommiers ont été déracinés. Après avoir porté plainte, ils déclarent les faits à l'assurance. 

Dont acte, ils décident de replanter leurs arbres. "Les arbres avaient l'air de reprendre" précise Jérôme Revillard. Mais dans la nuit du 21 au 22 mai, tous les arbres ont été de nouveau arrachés, et même cisaillés. Certains pendent aux câbles de palissage. Ils portent plainte, une seconde fois.

Des arbres attaqués au sécateur à la cisaille, et arrachés

La question est : pourquoi ? "Vraiment on s'interroge" explique Jérôme Revillard, "on ne fait pas de politique, on ne fait pas tellement de bruit." Les deux frères sont la troisième génération de cette exploitation, qui s'est développée et compte aujourd'hui une trentaine d'hectares. Un conflit immobilier ? Pas possible pour Jérôme Revillard, le terrain est familial, appartient à un oncle qui le loue à ses neveux depuis des années. C'était auparavant une prairie, ils ont décidé d'y planter des pommiers au mois de janvier. Le terrain est isolé, entouré de chemins pédestres. Jérôme Revillard explique qu'il n'y a pas de vis-à-vis.

Plus de mille pommiers coupés ou arrachés
Plus de mille pommiers coupés ou arrachés - Jérôme Revillard

"On a énervé quelqu'un en plantant sur ce terrain là-bas"

L'action d'un mouvement écologiste radical ? Les exploitants en ont discuté avec les gendarmes, c'est peu probable, il n'y a pas de revendications. Jérôme Revillard l'admet, "on se fait réprimander un peu, ou regarder de travers quand on passe avec notre pompe à traiter". Mais rien de plus, jamais. Et puis, c'est un verger, des pommiers, "pas une centrale nucléaire" qui vient d'être installée. "Je n'arrive pas à trouver un sens à cet acte", il en sourirait presque, "on pense à une vengeance personnelle..." 

Le coût pour l'exploitation, il l'estime à environ 30 000 euros, mais précise que c'est difficile de calculer. "Les arbres, il y en a à peu près pour 8 000, 10 000 euros. Mais on les avait planté au mois de janvier, on les a commandé, ils sont restés deux ans en pépinière... on perd trois ans de production minimum" détaille-t-il. L'assurance devrait rembourser les pieds. L'expert est attendu, pour le moment le terrain est en l'état. Et il répond que oui, ils comptent bien replanter des arbres, et poser une clôture s'il le faut, "on n'a pas envie de reculer, il ne faut quand même pas exagérer".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess