Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Haute-Vienne : un boulanger du Dorat va fabriquer et vendre son pain à bord d'un 38 tonnes

Faire ses pains, gâteaux et autres viennoiseries et les vendre à bord d'un 38 tonnes ! C'est le défi un peu fou que s'est lancé un boulanger du Dorat dans le nord de la Haute-Vienne. Après 3 ans de préparation, son camion fournil est prêt. Un outil inédit au service de la ruralité.

Daniel Duchiron, ici à l'entrée de sa boulangerie roulante, a du outrepasser les sarcasmes pour aller au bout de son projet.
Daniel Duchiron, ici à l'entrée de sa boulangerie roulante, a du outrepasser les sarcasmes pour aller au bout de son projet. © Radio France - Jérôme Ostermann

Le Dorat, France

Daniel Duchiron est boulanger depuis l'âge de 15 ans. Actuellement installé à son compte au Dorat dans le nord de la Haute-Vienne, il a décidé de tourner la page mais pas de métier. Depuis 3 ans, il travaille sur un projet un peu fou qui lui a d'abord valu quelques moqueries. Celui de transformer un poids-lourd de 38 tonnes en boulangerie pour travailler en itinérant dans plusieurs villages. 

L'idée est d'abord, à 55 ans, de calmer un peu le jeu d'ici à la retraite :"40 ans que je fais le métier donc ça commence à tirer un peu sur la santé. J'ai déjà été obligé de freiner mais là, il faut que je freine encore. Donc j'ai décidé de faire ça maintenant pour finir jusqu'à la retraite. Il y aura moins de volume. Au lieu de me lever vers minuit, ce sera vers 2 ou 3 heures du matin.

Son camion boulangerie est équipé comme une boulangerie traditionnelle  - Radio France
Son camion boulangerie est équipé comme une boulangerie traditionnelle © Radio France - Jérôme Ostermann

L'autre intérêt pour Daniel Duchiron, c'est de renouer avec la vente itinérante qu'il a abandonné suite à des problèmes de santé : "_Ça a toujours été mon rêve de tourner dans les campagnes_. C'est d'aller chez les gens. Il y a beaucoup de villages qui n'ont plus rien. Et il y a beaucoup de gens qui ne peuvent plus trop se déplacer. Et ça permet de bouger, de ne pas être toujours au même endroit. J'espère qu'on va m’accueillir et être utile pour les gens."

Daniel cherche 4 ou 5 communes où il fera tourner son camion boulangerie

Son souhait, ce n'est pas de multiplier les points de chute à travers la France ou même le Limousin. Daniel veut sélectionner quatre ou cinq communes où il n'y pas ou plus de boulangerie, si possible avec une école, dans un secteur entre le nord de la Haute-Vienne et la Vienne. Il lance d'ailleurs un appel aux maires pouvant être intéressés pas ses services. Sachant qu'il déménagera au milieu de cette zone, et qu'il restera à chaque fois une semaine entière dans chaque commune avant de tourner. 

A l'arrière du poids lourd, le coin boutique où la femme de Daniel sera en charge de la vente  - Radio France
A l'arrière du poids lourd, le coin boutique où la femme de Daniel sera en charge de la vente © Radio France - Jérôme Ostermann

Le projet est finalisé puisque son camion est prêt (voir photos) : "C'est un 38 tonnes frigorifique. Il a fallu trouver la remorque et l'équiper comme une boulangerie traditionnelle. Avec le four, le pétrin, la façonneuse, la diviseuse, tout le petit matériel qui va avec. J'ai aussi un groupe électrogène qui va faire tourner tout le gros matériel pour la fabrication. Et le toit est recouvert de panneaux solaires pour la lumière, les petits batteurs, le micro-onde ou encore la climatisation. Et un ami a peint la fresque sur le camion en seulement deux jours !"

Une boulangerie mobile où il va donc fabriquer, cuire et vendre avec le concours de sa femme, tous ses produits frais : "Il y aura bien sûr toutes sortes de pains, un petit peu de pâtisserie, des viennoiseries et du traiteur avec par exemple, des pattés de pommes de terre ou des pizzas." Ce projet lui a coûté environ 90 mille euros tout compris, y compris un tracteur pour déplacer son poids lourd. Il espère pouvoir se lancer d'ici à deux ans, le temps de vendre sa boulangerie au Dorat et de sélectionner les communes qui bénéficieront de ses services. 

Choix de la station

France Bleu