Insolite

Il vit au bout de la piste de l'aéroport Nantes Atlantique

Par Boris Hallier, France Bleu Loire Océan lundi 4 janvier 2016 à 14:21

Samuel, 35 ans, habite au bout de la piste de Nantes-Atlantique.
Samuel, 35 ans, habite au bout de la piste de Nantes-Atlantique. © Radio France - France Bleu

Samuel a emménagé il y a quelques mois dans une longère, au bout de la piste de l'aéroport Nantes Atlantique. Un quotidien rythmé par le bruit des avions. Mais il n'est pas pour autant partisan d'un transfert à Notre-Dame-des-Landes.

Samuel est né à Saint-Aignan-de-Grandlieu il y a 35 ans. Autant dire que le bruit des décollages et des atterrissages est devenu habituel pour lui. Il n'a même pas hésité à déménager au plus près de la piste, il y a quelques mois. Il habitait déjà à proximité mais, désormais, un simple grillage sépare son jardin de la piste. "Quand nous sommes avec nos amis, avec des enfants, on va au fond du jardin, on dit bonjour au pilote et il nous répond", s'amuse-t-il. 

Quid des nuisances sonores? Samuel l'admet, "c'est bruyant, surtout les décollages et pendant les week-ends de vacances, de grands départs". "Lorsque l'on mange dehors, on doit arrêter la conversation car on ne s'entend plus parler." Mais il ne quitterait pour rien au monde sa maison. " 3 000 m² de terrain à Saint-Aignan sans vis-à-vis à un prix raisonnable : moi et ma femme, nous sommes heureux d'être là."

L'aéroport Nantes Atlantique. - Aucun(e)
L'aéroport Nantes Atlantique. - capture d'écran Google Maps

"Si l'aéroport disparaît, que va-t-on avoir à la place" - Samuel, riverain de l'aéroport Nantes Atlantique 

Samuel et ses voisins suivent, sans passion, le débat sur le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Il n'est impliqué dans aucune association. Certes, il le reconnaît, le transfert permettrait de réduire voire de faire disparaître les nuisances sonores. Mais l'aéroport les protège également d'autres constructions, d'éventuels programmes immobiliers. "S'il disparaît, que va-t-on avoir à la place?", s'interroge Samuel, qui tient à ce que Saint-Aignan-de-Grandlieu reste une commune rurale.

Pour l'instant, rien n'est décidé. Les rumeurs vont bon train. Si l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes voit le jour, celui de Nantes-Atlantique pourrait devenir un pôle aéronautique industriel. Son avenir dépend en effet beaucoup d'Airbus, dont une usine se trouve à proximité. 

Partager sur :