Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO - Île de Ré : quinze ans après, Randy le Dauphin de retour

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Le dauphin Randy a passé une heure sur l'Île de Ré, au port de Saint-Martin-de-Ré, ce dimanche 1er août, avant de repartir vers La Rochelle. Une encoche “très caractéristique" présente sur l'animal a permis de le reconnaître. Randy, âgé d'environ 40 ans était déjà venu sur le port en 2006.

Randy, un dauphin de 40 ans, a été aperçu ce 1er aout dans le port de Saint-Martin-de-Ré
Randy, un dauphin de 40 ans, a été aperçu ce 1er aout dans le port de Saint-Martin-de-Ré © Radio France - Jean-Roch Meslin

Quinze ans après, le revoilà. Ce dimanche 1er août, les habitués du port de Saint-Martin ont eu la bonne surprise de revoir une connaissance. Randy, un dauphin âgé d’environ 40 ans. Il avait été surnommé comme cela lors de son premier passage sur le port en 2006.  

Comme à l'accoutumée, Randy a franchi seul l'écluse du port de Saint-Martin-de-Ré, direction la capitainerie. Rapidement, Jean-Roch Meslin, correspondant pour l’observatoire des mammifères et oiseaux marins Pélagis, arrive sur place.

Le Dauphin Randy sur l'Île de Ré, le reportage France bleu

Reconnu grâce à une photo 

Jean-Roch Meslin a alors l’étrange sensation d’avoir déjà rencontré l’animal. Il le prend en photo et demande à l’observatoire Pélagis de lui envoyer celles prises il y a quinze ans. “Il s'agit de photos d’identification que l’on prend pour reconnaître les animaux", explique-t-il.

Il identifie alors “une grosse encoche caractéristique” déjà présente sur le corps du dauphin en 2006. “Une encoche probablement causée par une morsure ou une hélice de bateau”, précise le militant.

L’animal poussé vers la sortie 

L’objectif est désormais de montrer le chemin de la sortie au dauphin. À marée basse, l'écluse se referme pour protéger les bateaux. Randy risquait donc de se retrouver bloqué dans le port. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

En une heure, Jean-Roch Meslin, aidé de plusieurs bénévoles, réussissent à aiguiller le dauphin vers la sortie. Randy a ensuite continué sa route direction La Rochelle.

Un dauphin plutôt à l’aise

Randy ne s’est pas montré craintif. Il connaît bien les structures portuaires et les humains. Il avait déjà été aperçu à Brest, en Bretagne, à plusieurs reprises 

Randy s’est même approché à plusieurs reprises du ponton vers les humains. “Il est à moins d’un mètre des gens, se gratte sur les cordages, montre son ventre”, raconte Jean Rock.

D’où cette question : pourquoi Randy est-il toujours tout seul ? Selon le spécialiste, il y a plusieurs hypothèses. Généralement, les dauphins se déplacent seulement en groupe. Randy a peut-être été évincé du sien. 

à gauche, Jean-Roch Meslin, correspondant pour Pélagis. A droite, Christian Vinais, responsable de l’école des Pertuis
à gauche, Jean-Roch Meslin, correspondant pour Pélagis. A droite, Christian Vinais, responsable de l’école des Pertuis © Radio France - Julien Morceli

Randy est peut-être aussi un dauphin au caractère solitaire. “Il vient donc chercher de la compagnie de temps en temps”, suppose Jean-Roch Meslin. Selon lui,  il n’est par conséquent pas impossible de le recroiser sur les côtes charentaises-maritime ces prochains jours.

“Je suis content de voir qu’il va bien.”

En dépit de sa blessure déjà repérée il y a quinze ans, Randy ne présentait pas d’autres plaies. “Une bonne chose quand on sait que 800 dauphins sont chaque année retrouvés morts échoués sur les côtes françaises” alerte le militant. Et d’ajouter : “8 000, si on compte les dauphins morts au fond de la mer qui ne seront pas retrouvés.” Quant à Randy, on lui souhaite d’éviter un destin tragique. Un dauphin vit en moyenne 60 ans. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess