Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

VIDÉO - Ils ont fait 12.000 km à vélo entre le Vietnam et la France pour planter des forêts comestibles

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Ils ont pédalé 12.000 kilomètres du Vietnam à la France. Deux frères originaires de Perpignan sont rentrés chez eux mercredi soir, après neuf mois de voyage solidaire à bicyclette. Raphaël et Joseph ont planté 5.400 arbres fruitiers dans 17 pays pour aider des communautés à se nourrir.

Joseph et Raphaël ont retrouvé leur famille après quasiment neuf mois à vélo
Joseph et Raphaël ont retrouvé leur famille après quasiment neuf mois à vélo © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Perpignan, France

Ils sont arrivés sous les applaudissements de leurs proches après neuf mois de périple à vélo : Joseph et Raphaël Molcard, 25 et 23 ans, sont "heureux d'être à la maison", même si "on ne réalise pas complètement. Ce sera le cas quand on sera reposé", lance Joseph. 

12.000 kilomètres à vélo

Les deux frères se lancent dans cette aventure alors qu'ils vivent tous deux à l'étranger. L'aîné aide à créer une ferme-école en Amazonie colombienne, son petit frère est formateur en hôtellerie-restauration au Vietnam auprès de minorités. "J'appelle Raph pour lui proposer de faire un truc de fou entre frangins, avant une vraie vie d'adulte entre guillemets, explique Joseph. Il me dit qu'il est partant, mais on voulait trouver un sens à ce voyage"

En alliant leurs compétences d'agronomie et de relationnel avec le réseau associatif, les deux frères prennent la route à vélo pour planter des forêts comestibles et aider des communautés à devenir autonomes en terme d'alimentation. "Douze mille kilomètres, ça se fait", plaisantent-ils. 

Du Vietnam, ils passent ainsi par la Thaïlande, l'Inde, la Turquie, l'Albanie ou encore l'Italie

Des forêts comestibles pour une autonomie alimentaire

Le trajet est défini dans les grandes lignes. "On a cherché des communautés qui étaient en galère, qui avaient besoin de ces arbres fruitiers, précise Raphaël. Souvent ça s'est fait par bouche à oreille". "C'est très simple dans le milieu associatif, tout le monde se connaît", ajoute Joseph. 

"En Thaïlande, on a entendu parler d'une communauté en difficulté. Du coup, on a fait 500 bornes pour aller les voir."

Les deux frères passent par plusieurs structures comme des orphelinats ou des camps de réfugiés pour y faire pousser des arbres fruitiers, mais aussi des plantes médicinales par endroits. "C'est toujours un apprentissage car les locaux savent mieux ce qu'il faut planter, estime Raphaël. On discute et on essaie d'introduire de nouvelles techniques"

Au total, au cours de leur voyage, 5.400 arbres sont plantés.

Faire face aux galères

Avec un tel périple, les deux frères s'attendaient bien à quelques pépins sur le chemin. Roues voilées, câble de dérailleur qui casse... "Nos vélos ont tenu, ils sont là", souffle Raphaël, presque étonné. Il faut adapter un peu le projet par moments : "On a été obligé de prendre l'avion entre l'Inde et la Géorgie, explique Raphaël. On a tenté de passer par l'Iran ou l'Afghanistan, mais on nous a refusé les visas".

L'Inde, c'est d'ailleurs l'étape la plus compliquée selon les deux frères. "On s'est fait attaquer par un policier à la machette quand même... On n'a pas compris, il n'y a rien qui prépare à ça !", lance Raphaël. Son petit frère est quant à lui tombé sérieusement malade sur place : "J'ai été hospitalisé deux semaines et j'ai perdu 15 kilos", raconte Joseph.

De futurs projets à la maison

"Ils ont souffert et ont surmonté toutes les épreuves, ils sont là avec la patate et des projets... Je suis fière de mes enfants !", lance Armelle, leur mère. Elle n'a pas vu son aîné depuis un an et demi. Toute la famille est ravie de leur retour, mais à quand le prochain départ ? "Pour l'instant, on veut faire un projet en France", expliquent les deux frères.

"La première idée, c'est de doter toutes les écoles des Pyrénées-Orientales d'une dizaine d'arbres fruitiers, car il nous reste encore des fonds de notre périple", indique Joseph, leur voyage ayant été financé grâce à une cagnotte en ligne

À Saint-Denis, en banlieue parisienne, ils espèrent travailler en partenariat avec une association colombienne qui fait venir des rappeurs : "On veut articuler ça avec des jardins de la mémoire, car les racines sont importantes pour les Colombiens". "Planter à l'extérieur c'est génial, mais le faire aussi ici, c'est mieux !", concluent-ils.