Insolite

INSOLITE - Le sponsor libertin des footballeurs de Sanxay

Par Alexandre Blanc, France Bleu Poitou jeudi 19 mars 2015 à 18:05

Maillot de football libertin
Maillot de football libertin © Radio France - Alexandre Blanc

L'US Sanxay a trouvé un nouveau sponsor, plutôt inhabituel : une discothèque libertine. Le logo du Cercle rouge s'affiche désormais à l'avant du maillot de football. Dans le dos, ce slogan : "on n'échange tout sauf nos maillots". Quand le Cercle rouge flirte avec la ligne blanche...

"On échange tout sauf nos maillots"... Le slogan qui barre désormais le maillot de l'US Sanxay a de quoi intriguer les adversaires, les spectateurs et même les arbitres. Le nouveau sponsor du club passe moins inaperçu que le maçon et la coop qui l'ont précédé. Il s'agit d'un club libertin, le Cercle Rouge, à Cloué. 

Le partenariat entre l'équipe de l'US Sanxay et la discothèque libertine "Le Cercle Rouge" est né lors d'une troisième mi-temps. Ce soir-là, les footballeurs célèbrent l'anniversaire de l'un des joueurs et l'une de leurs rares victoires en 5ème division départementale, le 14ème et avant-dernier niveau de championnat. 

Le plaisir en partage

Le gérant du club libertin n'a pas vraiment l'habitude d'accueillir des équipes de sportifs. Lorsque le groupe arrive, Roberto Di Rico, engage la discussion, surtout pour expliquer à la joyeuse bande les règles de bonne conduite à respecter. La conversation dévie sur le football lorsque fuse l'idée du sponsoring. Roberto Di Rico est séduit. "Gagner c'est très accessoire pour eux. Ils jouent pour le plaisir. Ça rejoint notre esprit". 

Le maillot de l'US Sanxay, star de la discothèque libertine - Radio France
Le maillot de l'US Sanxay, star de la discothèque libertine © Radio France - Alexandre Blanc

A 500 euros les 14 maillots, le gérant du Cercle rouge ne se fait pas prier. Reste à convaincre les dirigeants du club. "Il y a eu quelques réticences au départ", concède le trésorier Gérard Beauchamp. Certains administrateurs ont craint de troubler l'image du club. L'originalité de la démarche a fini par l'emporter. "Aujourd'hui, on nous demande le maillot. On pourrait même le vendre", se réjouit Gérard Beauchamp. 

Entre le club libertin et le club sportif, c'est pour l'instant un coup d'un soir. Les footballeurs ne sont pas les clients les plus fidèles de la discothèque. Mais ils promettent d'y revenir lors d'une prochaine victoire. L'US Sanxay pourrait même tenir son assemblée générale dans ce temple du libertinage poitevin

 

Le club de foot et le club libertin