Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INSOLITE - Un Grenoblois se lance dans un tour du monde, seul avec son vélo

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Qui n'a jamais rêvé de faire le tour du monde ? Emmanuel, lui, a franchi le pas. Malgré la pandémie de Covid-19, il vient de se lancer, seul, avec son vélo. Une aventure d'une dizaine d'années qu'il nous raconte. Ecoutez.

Le périple d'Emmanuel a commencé sur les routes de Corse, seul avec son vélo
Le périple d'Emmanuel a commencé sur les routes de Corse, seul avec son vélo - Emmanuel Lacombe

Emmanuel a 53 ans. En 2019, après 30 ans dans l'armée, à voyager "différemment dans les pays" du monde entier, il prend sa retraite et se lance dans un tour de l'Islande à vélo. Une aventure de 29 jours, en autonomie complète. "A mon retour, j'ai tout laissé tombé, j'ai tout vendu, et ça fait 17 mois que je prépare ce tour du monde à vélo", raconte-t-il. 

Huit à dix ans d'aventure

Malgré la pandémie de Covid-19, Emmanuel s'est lancé il y'a quelques jours. Après un mois à Valras-Plage pour dire au revoir à ses proches, il a rejoint les routes de la Corse où nous l'avons contacté.

"L'itinéraire risque de changer à cause de la pandémie actuelle."

Emmanuel s'est lancé dans un tour du monde, seul avec son vélo

Pas question pour le Grenoblois de partir à l'improviste. Son parcours est déjà tout tracé. Il souhaite rejoindre la Turquie d'ici l'hiver prochain, pour, dans un an, au printemps 2022, se rendre en Asie du Sud-Est. "Après, l'objectif est de prendre le bateau de l'Indonésie jusqu'en Australie où je resterai un an, puisque j'ai la possibilité d'avoir un visa d'un an, pour traverser toute l'Australie". Puis direction la Nouvelle-Zélande pour trois mois, et l'Alaska "pour traverser les deux continents américains, donc Alaska, Canada, Etats-Unis, Amérique Centrale et Amérique du Sud pour environ deux ans et demi, trois ans".

Emmanuel souhaite vraiment profiter de ces huit à dix ans ans d'aventure. Il ne se fixe d'ailleurs pas d'objectifs. "J'ai décidé de ne pas faire plus de 50 kilomètres par jour. On sera entre 20 et 40 kilomètres. 50 kilomètres, c'est vraiment s'il n'y a rien à voir et que la route est bonne." 

"J'ai envie de découvrir une autre planète, et la culture des pays que je vais traverser."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Côté budget, ça coûte quoi un tour du monde à vélo ? 

"J'ai une chance incroyable par rapport à d'autres voyageurs, j'ai ma pension de militaire qui est versée tous les mois", nous raconte Emmanuel, en plus des économies qu'il a pu faire. Là encore, il a tout prévu, conscient que le coût de la n'est pas le même d'un pays à un autre, notamment pour s'alimenter et pour se loger. "Je ne vais pas bivouaquer tous les jours. De temps en temps, j'ai envie de prendre un hôtel ou aller chez des hôtes"

"Il faut compter dans les 50.000 euros."

Partir en vélo limite forcément le nombre de bagages et le matériel. Mais une nouvelle fois, sur ce point, Emmanuel a tout anticipé. "Au niveau bivouac, j'ai tout ce qu'il faut : la tente quatre saisons, j'ai le duvet qui va bien... C'est surtout les vêtements. On achètera et on laissera les autres vêtements aux gens qui en ont besoin"

Huit à dix ans ans seul

Emmanuel est parti seul vivre cette aventure. Comme il nous le confie, la solitude ne lui fait pas peur. "Je ne suis pas inquiet. Ce qui n'est pas le cas de ma famille, de mes amis, et de mes enfants". Pour l'anecdote, son vélo s'appelle "Hildegarde", fêtée le 17 septembre, jour également d'anniversaire d'Emmanuel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess