Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INSOLITE - Un nord-Isérois passe une semaine en immersion totale dans le Vercors en plein hiver

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Wilder Caputo vient de relever un challenge incroyable : passer une semaine en immersion totale, en plein hiver, dans le Vercors, sans (presque) rien. Il nous raconte son aventure. Écoutez.

Wilder Caputo (à droite), avec l'un des 7 autres participants, a passé une semaine en totale immersion dans le Vercors
Wilder Caputo (à droite), avec l'un des 7 autres participants, a passé une semaine en totale immersion dans le Vercors - Photo DR

C'est sur Instagram que l'aventure commence pour Wilder Caputo. Il y'a quelques semaines, une publicité attire son attention :  "Une très belle vidéo qui mettait en avant le côté aventure, avec un slogan qui moi m'a parlé directement : "Si tu as toujours rêvé de faire Koh-Lanta ou de devenir le prochain Mike Horn (célèbre aventurier, ndlr), cette aventure est faite pour toi". J'ai cliqué sur le lien", nous raconte le jeune nord-Isérois de 28 ans. Il remplit alors un questionnaire, et une semaine plus tard, reçoit un coup de fil. 

Wilder Caputo a passé une semaine en immersion totale dans le Vercors, en plein hiver. Il nous raconte cette incroyable aventure.

Bien plus qu'une aventure d'une semaine

Contacté par l'organisateur, le jeune ostéopathe s'aperçoit très vite que l'aventure qu'il s'apprête à vive va durer bien plus qu'une semaine. "C'était du coaching et du développement personnel pendant un mois, une semaine d'aventure, et ensuite, à nouveau trois mois de coaching".

"De suite, ça m'a parlé. Ca combinait les deux choses que j'aime : le développement personnel et l'aventure. Je me suis dit : "Faut y aller !"

Avant de se lancer, Wilder nous confie s'être aussi entrainé seul, et notamment à l'exposition au froid : "J'avais commencé en novembre à me baigner dans des cascades, dans des lacs. Je m'étais entrainé à résister et à m'adapter au froid".  Seule inconnue : le mental. Volontairement, l'organisateur n'a transmis aucune information sur le programme aux aventuriers. "C'était fait exprès pour nous faire travailler là-dessus. La force du groupe a beaucoup joué. Nous étions 7. Quand personne ne se plaint, on n'a pas envie de se plaindre non plus."

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Retour aux choses simples et dépasser ses limites

Wilder et 6 autres aventuriers ont donc passé une semaine, 7 jours et 7 nuits dans le Vercors sans (presque) rien.  Au programme : beaucoup de marche, trouver des lieux pour construire leurs campements, partir à la recherche de points d'eau, s'occuper du feu, et réussir les activités proposées, comme la plongée en eau glacée. 

"Dans le Vercors, en fait, en pleine nature, il n'y a pas beaucoup de sources. Donc ça, ça a été vraiment l'une des préoccupations principales de la semaine."

Pour mener à bien cette aventure, le jeune isérois a aussi dû laisser dans son sac à dos, son téléphone portable (éteint) et sa montre. "J'ai perdu la notion du temps au bout de deux jours. Le premier jour, ça allait, puisque nous sommes partis le matin, le midi on a mangé, et le soir, on s'est couché. Le lendemain, j'ai essayé de garder cette notion-là. Le troisième jour, le guide de montagne qui était avec nous, nous a dit qu'il était 12h30 quand on a demandé l'heure, alors qu'il était 16h30. On ne l'a su qu'à la fin de la semaine. Nous avions marché 5 heures sans déjeuner, sans manger".

Coupé de ses proches, et des réseaux sociaux, Wilder a pu se recentrer sur lui-même, et en profiter pour se ressourcer. Une expérience qu'il accueille positivement : "Ca fait extrêmement du bien".

"Le seules stimulations extérieures que l'on avait, c'était le soleil, le froid, le bruit des oiseaux, les traces de loup. Très agréable comme expérience."

Le plus dur dans l'aventure ? L'humidité

Etonnamment, pour Wilder, le plus dur dans pendant cette semaine d'immersion n'a pas été le froid, "les températures étaient assez favorables, sauf la dernière nuit, où nous avons dormi sous la neige", mais l'humidité. "Le fait d'avoir les pieds humides, ça a été compliqué. Il fallait attendre au moins 2 voire 3 heures de marche, pour vraiment avoir cette sensation de chaleur dans tout le corps. Du coup, ça, c'est un bon conseil : si jamais vous partez en nature, ou dans la neige, prenez des chaussures imperméables. C'est l'erreur que moi j'ai faite".

Wilder Caputo (à gauche) avec l'un des autres participants
Wilder Caputo (à gauche) avec l'un des autres participants - Photo DR

Une leçon de vie

Sans hésiter, Wilder avoue que, oui, cette aventure a changé sa vie. Il en est ressorti plus fort. "On m'aurait posé la question il y'a un mois : "Est-ce que tu te sens capable de vivre une semaine dans la nature ?", j'aurais dit "Non ! C'est impossible !" Et en fait, si ! Rien que ça, mentalement, on en ressort grandi". 

Avoir écouté son corps pendant une semaine a aussi permis au jeune ostéopathe d'adopter une nouvelle philosophie de vie. Il souhaite désormais se détacher du "dictat de l'horaire" :"Si je n'ai pas faim à midi, je ne vais pas m'imposer de manger". Il va également tenter de s'offrir au quotidien "des espaces vides". "Avant, j'essayais de remplir au maximum ma journée pour avoir cette sensation d'être productif. Alors qu'au final, il n'y a pas besoin de toujours remplir les cases. Un espace vide va permettre de vivre d'autres expériences, justement, un peu plus inattendues".

"Le fait ne pas connaitre le programme, de ne pas pouvoir anticiper, ça permet d'accueillir les choses telles qu'elles viennent."

Malgré tout, Wilder ne manque pas de projets. Mais là encore, l'aventure a changé sa vision des choses. Il souhaite désormais construire des projets qui lui ressemblent plus, et qui ont plus de valeurs et de sens.  Parmi ses envies : créer sa propre ONG pour venir en aide aux enfants défavorisés d'Amérique du Sud, et notamment de Colombie "puisque je suis adopté de là-bas". Pour l'anecdote, lorsque Wilder a rallumé son téléphone portable, après une semaine d'aventure, il avait 180 mails en attente...

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess