Insolite

INSOLITE | Une plateforme pour apprendre à détecter les réseaux enterrés sur les chantiers inaugurée en Bourgogne

Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne jeudi 22 octobre 2015 à 9:17

La nouvelle plateforme pour détecter les réseaux enfouis
La nouvelle plateforme pour détecter les réseaux enfouis - Jacky Page

Une pelleteuse qui arrache une conduite de gaz, c'est un incident fréquent sur les chantiers. Les pouvoirs publics veulent y remédier. Au 1er janvier 2017, toute personne intervenant sur un chantier à proximité des réseaux devra détenir une attestation de compétence.

Un mauvais coup de pelleteuse, et parfois votre gazinière devient toute malheureuse. Les incidents de canalisations sont fréquents sur les chantiers. Pour éviter ça, les pouvoirs publics vont exiger à partir de janvier 2017 un certificat de compétences de la part des intervenants sur les chantiers.

Du coup, une nouvelle formation est nécessaire.

En Bourgogne, les professionnels des travaux publics la suivront à Domois en Côte-d'Or, où une plateforme d'apprentissage à la détection des réseaux enterrés a été inaugurée ce mercredi, à l'initiative de la Fédération des travaux publics et de l'organisme de formation GRETA. Cela pourrait être la rue d'un futur lotissement. Asphaltée, bordée de boîtiers de raccordement électriques, elle recouvre tous les réseaux qu'on trouve sous la voirie, adduction d'eau, tuyaux de gaz, câbles électriques. C'est là que les professionnels des travaux publics vont s'exercer à les localiser précisément pour ne plus les endommager au cours de leurs futurs travaux.

"Les vieux réseaux sont parfois un vrai casse-tête"

L'idéal, c'est quand les réseaux sont neufs et équipés de puces électroniques qui permettent de les trouver. Mais dans les faits, « les vieux réseaux sont parfois un vrai casse-tête et les méthodes de détection assez empiriques » selon Michel Gey, le président de l'organisme de formation GRETA 21. De fait, « les cartes de réseaux dont disposent les équipes sur les chantiers sont encore trop imprécises », reconnaît Didier Roblet, responsable exploitation gaz en Côte d'or pour GRDF. Depuis 2008, le nombre d'incidents a quand même diminué de 30%.