Insolite

"Je n'ai jamais fumé mais j'adore le champagne ! " - Roger Auvin, 108 ans est le doyen des français

Par Yassine Khelfa M'Sabah, France Bleu Poitou dimanche 11 décembre 2016 à 18:17

Roger Auvin avec sa petite fille Bénédicte et son arrière-petit fils, Matthieu
Roger Auvin avec sa petite fille Bénédicte et son arrière-petit fils, Matthieu © Radio France - Yassine Khelfa

C'est un bon vivant qui a traversé les guerres, les révolutions technologiques et dix-huit présidents de la République. Roger Auvin, 108 ans est le plus ancien français encore en vie. La plus ancienne a 113 ans, il s'agit d'Honorine Rondello, 113 ans. Elle vit dans une maison de retraite du Var.

Roger Auvin vit encore chez lui, à Limalonges un petit village de seulement neuf-cent habitants dans les Deux-Sèvres. Notamment grâce à quatre auxiliaires de vie qui se relaient au quotidien pour l'accompagner. Mais surtout grâce à son deuxième fils Rémy, 83 ans qui habite à dix mètres de sa maison.

La maison du doyen est située à l'entrée du village de Limalonges - Radio France
La maison du doyen est située à l'entrée du village de Limalonges © Radio France - Yassine Khelfa

Il est né le 20 mars 1908

Originaire de Champagné-le-Sec dans la Vienne, il est l'aîné d'une famille de six enfants. Son père le forme au métier de charron-forgeron puis il est mobilisé pour les deux-guerres mondiales. Des souvenirs douloureux qui s'estompent avec le temps. Avec sa femme, il tient une épicerie-quincaillerie dans le petit village de Limalonges. De ce mariage naissent Jean-Claude et Rémy et une grande famille de sept petits enfants et onze arrière-petits-enfants. En 2007, Roger Auvin perd sa femme et son fils aîné Jean-Claude. C'est alors Rémy, 83 ans aujourd'hui qui s'occupe de lui. Tous les matins à six heures quarante tapante, il sert le petit-déjeuner à son père qui se rendort dans la foulée jusqu'à dix heures et demi. C'est ensuite une première auxiliaire de vie qui prend le relai pour la toilette et le déjeuner puis à nouveau la sieste jusqu'au souper et le sommeil du soir, prévu pour dix-huit heures au plus tard.

Un franc-parler qui ne vieillit pas

D'être le doyen masculin des français ne lui fait ni chaud ni froid.

J'en suis complètement indifférent !

Installé dans son fauteuil roulant et enveloppé dans son gros cardigan gris, avec son béret à carreaux, il n'hésite à poser pour les photos des journalistes. Mais à force de raconter son histoire, il perd un peu la mémoire. Ses deux passions, le théâtre et la photo le font vibrer de plaisir. Alors quand son fils lui apporte son vieil appareil photo rustique de 1930, le sourire jusqu'aux oreilles, il raconte comment il l'a obtenu.

Je l'avais acheté lorsque j'étais dans le Régiment de Tours pendant la deuxième guerre mondiale avec la vente de mes cigarettes parce que je ne fumais jamais

Roger Auvin explique le fonctionnement de son vieil appareil photo à son arrière petit-fils - Radio France
Roger Auvin explique le fonctionnement de son vieil appareil photo à son arrière petit-fils © Radio France - Yassine Khelfa

S'il ne fume pas, Roger Auvin a quand même un petit penchant pour l'alcool. Dans l'ordre, c'est le champagne qu'il boit encore de temps en temps, la bière ou un petit verre de Pineau. Il se souvient avoir remporté son poids en champagne avec sa femme. "On a même été invités à Reims pour le récupérer, c'était du Mumm". Rien que ça ! Son fils plaisante même sur le sujet : "depuis qu'il a remporté ces bouteilles, il ne trouve plus aucun autre champagne de meilleur goût ! "

Reportage chez Roger Auvin, le doyen des français par Yassine Khelfa