Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Pourquoi l'alpiniste Andrzej Bargiel renonce à descendre l'Everest à ski

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

L'alpiniste polonais Andrzej Bargiel renonce à son Everest Ski Challenge, le projet de dévaler à ski les plus hautes montagnes de la Terre. Les conditions sont devenues trop dangereuses, un sérac menaçant de s'effondrer sur la voie.

Une des photos publiées ce dimanche sur la page Facebook d'Andrzej Bargiel
Une des photos publiées ce dimanche sur la page Facebook d'Andrzej Bargiel - Page facebook Andrzej Bargiel

Il renonce. À contrecœur. L'alpiniste polonais Andrzej Bargiel, engagé dans son Everest Ski Challenge, un projet de dévaler l'Everest à ski, annonce ce lundi qu'il renonce en raison de conditions trop dangereuses.  

Un bloc de glace grand comme un immeuble menace de s'effondrer

Le Polonais de 31 ans se trouve depuis trois semaines au camp de base du sommet de 8.848 mètres d'altitude. Il n'a pas pu progresser à cause d'un bloc de glace imposant comme un immeuble. Ce sérac haut de 50 mètres et large de 30 mètres est suspendu 800 mètres au-dessus du glacier du Khumbu, passage périlleux et obligé entre le camp de base et le camp 1. Il est susceptible de s'effondrer sur la voie à tout moment. 

"C'est la décision la plus raisonnable" - Andrzej Bargiel

"Marcher en-dessous à travers la cascade de glace est extrêmement dangereux. Malheureusement, je ne veux et ne peux accepter un tel risque", a déclaré Andrzej Bargiel dans un message posté sur sa page Facebook.  

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Nous sommes ici depuis longtemps, il n'y aucune avancée au-delà du camp de base. Nous devons donc mettre fin à notre expédition, car c'est la décision la plus raisonnable", a-t-il poursuivi, en publiant une vidéo de drone de l'impressionnant sérac. 

Peu d'alpinistes restent présents sur place

L'Everest a été descendu à ski plusieurs fois mais jamais intégralement et sans recours à des bouteilles d'oxygène, comme souhaitait le faire l'alpiniste polonais. Andrzej Bargiel s'est fait un nom avec ses descentes à ski de plusieurs "8.000" depuis quelques années. 

Seuls quelques alpinistes restent désormais au camp de base de l'Everest, notamment l'ultra-trailer espagnol Kilian Jornet qui n'a pas fait part publiquement de ses projets.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess