Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

"L'anti guide des prénoms" ou ces prénoms qui n'auraient jamais dû exister

vendredi 25 novembre 2016 à 16:41 - Mis à jour le vendredi 25 novembre 2016 à 18:58 Par Claire Mesureur, France Bleu Nord et France Bleu

Depuis quatre ans deux nordistes s'amusent à consulter les avis de naissance dans la presse. Et puis ils ont ouvert un site internet pour collecter les contributions des internautes. Résultat, plus d'un millier de prénoms improbables sortis de l'imagination débordante de parents très inventifs.

"L'anti guide des prénoms" aux éditions First
"L'anti guide des prénoms" aux éditions First

Arras, France

"L'officiel des Prénoms" publie chaque année la liste de ceux qui ont été le plus souvent donnés en France. Théo, Louise, Emma ou encore Lucas, une source inépuisable pour les futurs parents qui planchent désespérément devant le calendrier pour trouver celui qui illustrera le mieux la personnalité de leur merveille à venir.

D'autres en revanche font appel à leur propre imagination et certains n'en manquent pas. Il y a 4 ans, Antoine qui travaille dans un journal du Pas-de-Calais tombe sur les avis de naissance qui seront publiés dans la prochaine édition. Certains de ces avis sont accompagnés de photos du bambin et parfois le prénom qui s'affiche ne manque pas de sel. Alors le jeune journaliste en fait un jeu et avec un copain, Pierre, ils décident de partager leurs découvertes sur internet. C'est comme ça qu'est née La Ligue des Officiers d'Etat Civil.

Peut-être s'appelle-t-il Anaksunamum - Aucun(e)
Peut-être s'appelle-t-il Anaksunamum

Un site internet abondé par les internautes de la France entière qui contribuent, chacun dans sa région, à rallonger la liste des prénoms improbables. "Et Dieu sait que les Mamounes et les Papounes ne manquent pas d'idée, sourit Antoine, toutes les semaines on a de nouvelles surprises"!

Le tout c'est d'être original

Depuis 1993 l'officier d'état civil ne peut plus refuser d'enregistrer un prénom. Tout juste peut-il alerter le procureur de la République s'il estime qu'un prénom pourrait porter préjudice à l'enfant.

Alors pour être sûrs que leur rejeton ou leur rejetonne sera le ou la seule à porter son prénom, les parents ont plusieurs méthodes. On peut d'abord chercher une orthographe tout à fait improbable: Kill-Yann, Djoulyan ou Angélyck qu'il faudra épeler durant toute une vie!

Certains prénoms composés sont aussi parfois le résultat d'associations hasardeuses: Lumière-Frida, Dior-Gnagna ou Athéna-Cherokee... On se demande où ils vont chercher tout ça!

Enfin il arrive que le goût pour la célébrité pousse certains à prendre quelques risques: Mitteran, Jiscadestin ou Barack-Obama existent bel et bien, et que dire de ces parents qui ont appelé leurs deux fils Alkapone et Alpacino.

Garantis à 99%

Bien sûr il existe des légendes urbaines comme cette Mamoune qui aurait appelé son petit dernier Clinty en hommage à... Clint Eastwood! Ou bien encore cette légende qui nous vient de Belgique avec une petite Clitorine et son frère Hutérin, personne n'a encore pu les identifier.

De son côté la Ligue des Officiers d'Etat Civil s'entoure de toutes les précautions d'usage.

Les porte-manteaux dans les couloirs des écoles sont une garantie - Aucun(e)
Les porte-manteaux dans les couloirs des écoles sont une garantie

"Les carnets qui sont publiés dans la presse viennent directement des services de l'état civil, constate Antoine, il ne peut y avoir aucune intervention extérieure avant la publication". Une autre source d'information, ce sont les listes des élèves dans les écoles ou les photos des porte-manteaux dans les couloirs des écoles, "on imagine mal un enseignant afficher un surnom ou faire une blague à ses jeunes élèves".

Et pour tordre le cou à toutes les idées reçues et autres clichés qui collent à la peau des ch'tis, cette fâcheuse tendance du prénom qui peut pourrir toute une vie "aucune région n'est épargnée, tient à préciser Antoine, même la France du vide comme dans la Creuse ou la Corrèze"!

le récit de Claire Mesureur