Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

L'appel aux dons pour Notre-Dame... d'Arancou au Pays Basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

La mairie du petit village charnégou lance une souscription avec la Fondation du patrimoine pour réhabiliter l'édifice fragilisé par l'explosion de l'arsenal restitué par ETA

L'église du XIIIe siècle est bâtie sur _une roche karstique, sans fondation.
L'église du XIIIe siècle est bâtie sur _une roche karstique, sans fondation. - CC wikipedia

Arancou, France

Le 9 avril 2017 à 16h. La voûte, la tour polygonale et l'escalier de l'église du XIIIe siècle Notre-Dame-de-l'Assomption ne s'en remettront pas. Le maire d'Arancou s'en souvient encore très bien. Sur une carrière à proximité, "avec 35 gendarmes, 15 artificiers, 12 démineurs et 1 préfet, quand ils ont récupéré les explosifs d'ETA, au lieu de faire de faire des petits tas, ils ont fait un gros tas et ils ont jeté l'allumette." 3 tonnes d'explosifs.  "Ca a secoué, secoué...". Alexandres Bordes explique que l'église est bâtie sur une roche karstique. Sans fondation. Ce fut la secousse de trop.

Jusque-là, l'église était sujette à des vibrations régulières, deux fois par semaine, en raison des deux carrières qui se trouvent non loin de là. "Mais avec 50 kilos de dynamite" précise le premier magistrat. Cette fois, la réfection est devenue nécessaire.

Le récit fleuri de la destruction de l'arsenal d'ETA par le maire d'Arancou

Le surplus de Notre-Dame de Paris n'est pas versé sur Notre-Dame d'Arancou, ça n'a pas marché" (le maire Alexandre Bordes) 

Le dossier pour pour les travaux de réhabilitation a été laborieux. "Comme c'est un monument inscrit aux monuments historiques, on est obligé de prendre des gens qui ont l'habilitation historique, qui ont l'agrément des architectes bâtiments de France, et de la DRAC à Bordeaux,  bon, ça fait beaucoup de gens très compétents -on est pas à Paris, on est à Arancou, hein!- ça fait beaucoup de gens très compétents qui ont besoin de donner leur avis; à force d'avis nous avons un devis." 485.000 euros hors taxes. Après avoir fait le tour de table (Etat, Région, Département), il manque toujours 120.000 euros.

Le parcours du combattant pour monter le dossier de réhabilitation raconté par le maire

La Fondation prélève une dîme -vraiment une grosse dîme, je trouve- et ne nous restitue l'argent collecté qu'à la fin des travaux, mais ils n'apportent pas directement un seul penny, un seul kopeck! Ils nous aident à faire la quête"  (le maire Alexandre Bordes) 

Le maire se tourne alors vers la Fondation du patrimoine. Le contrat a été signé la semaine dernière. "Ils nous ont créé un compte dédié, ils n'ont pas voulu dévier Notre-Dame de Paris sur Notre-Dame d'Arancou, bon, ça n'a pas marché" relate Alexandre Bordes. Ladite fondation "prélève une dîme -vraiment une grosse dîme, je trouve- et ne nous restitue l'argent collecté qu'à la fin des travaux, mais ils n'apportent pas directement un seul penny, un seul kopeck! Ils nous aident à faire la quête." Une quête du Graal en somme. La fondation récupère 6% des sommes recueillies (la fameuse "dîme)

Le bicorne de Napoléon 1er est à Bayonne

Toujours est-il que l'église d'Arancou n'a pas été retenue dans la liste pour le Loto du patrimoine de Stéphane Bern. A ce jour, aucun don n'a été versé sur le site de la Fondation du patrimoine.  Le site héberge une demie douzaine d'autres objets ou monuments faisant appel à la générosité publique, comme les bicornes du Duc de Wellington et de Napoléon 1er abrités au 1er RPIMA de Bayonne, les peintures de Veber à la villa Arnaga, l'orgue de l'église d'Hendaye ou encore l'ancien cinéma de Guéthary.

En attendant l'église est toujours ouverte, sécurisée. A défaut de dîme, le ministère de l'Intérieur pourrait être sollicitée sur ses fonds spéciaux pour une obole. Pour participation aux frais engendrés...