Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"L'Arbre aux hérons sera à Nantes ce que la Tour Eiffel est à Paris"

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu
Nantes, France

A Nantes, le financement de l'Arbre aux hérons se concrétise. Chantier gigantesque de 35 millions d'euros, il est présenté comme une nouvelle vitrine du savoir-faire local, un levier d'attractivité à l'international. Un fonds de dotation est lancé.

 L'arbre aux hérons fera 50 mètres d'envergure et 35 mètres de haut, sa capacité et de 450 personnes.
L'arbre aux hérons fera 50 mètres d'envergure et 35 mètres de haut, sa capacité et de 450 personnes. -

A Nantes, le financement de l'Arbre aux hérons se concrétise. C'est un chantier gigantesque proposé par les Machines de l'Ile (celles qui font déjà l'Eléphant). Ses mensurations : 22 branches capables d'accueillir 450 personnes, 50 mètres d'envergure, 35 mètres de haut, aussi grand que cinq terrains de foot, future attraction phare de la ville, l'arbre monumental sera installé dans le Bas Chantenay.

Il est présenté comme une nouvelle vitrine du savoir-faire local comme un levier d'attractivité à l'international. Le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes Saint-Nazaire le compare à la Tour Eiffel :

Pour que demain on dise : à Paris y'a la Tour Eiffel, à Nantes y'a l'Arbre aux hérons - Yann Trichard, président CCI

L'arbre aux hérons va être financé de façon originale

Pas question que le maire signe un chèque de 35 millions d'euros, il est fini ce temps précise Johanna Rolland, l'actuel maire de Nantes.

Là, le montage financier est novateur : les études coûtent 4 millions d'euros, la moitié provient de fonds privés, le plus gros c'est une banque, le Crédit Mutuel. Il investit 1 million 5.

C'est une somme, c'est vrai, mais c'est aussi important de rêver - Christian Fouchard, vice-président du Crédit Mutuel Loire-Atlantique Centre Ouest.

Il n'y a pas que les banquiers qui se lancent dans l'Arbre aux hérons, les hypermarchés aussi. Stéphane Houssin dirige l'Intermarché de l'Eraudière, il parraine une des branches et injecte 50 000 euros dans le projet.

On aura des visites exclusives réservées en tant que partenaires, j'en ferai participer des écoles et des clubs sportifs avec lesquels je travaille toute l'année - Stéphane Houssin directeur de l'Intermarché de l'Eraudière

Nantes Métropole finance les études à hauteur de deux millions d'euros, et pour trouver les millions restants elle lance un fonds de dotation, animé par des acteurs insolites comme le Medef 44. Son président Patrick Cheppe voit en l'arbre aux hérons un formidable réservoir d'emplois.

Ma vision c'est qu'il y ait un maximum de travaux fait par des boîtes locales.

Même discours du côté de la chambre de commerce et d'Industrie de Nantes Saint Nazaire.

On va faire travailler des ingénieurs, des chercheurs, des industriels, et ensuite des société de services, des sociétés d'accompagnement c'est des tonnes d'emploi - Yann Trichard, président CCI Nantes Saint-Nazaire.

Pour financer l'Arbre aux hérons, le fond de dotation cherche à collecter de l'argent auprès de partenaires privés, de partenaires institutionnels comme les collectivités locales, l'Etat et l'Europe. Il vise aussi le grand public, via une future plateforme de financement participatif.

L'arbre aux hérons ne sortira pas de terre avec 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess