Insolite

"L'effet boeuf" d'un paysan itinérant de Plombières-lès-Dijon en Côte-d'Or

Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne dimanche 16 juillet 2017 à 17:00

Raoul et ses boeufs en promenade autour du Lac Kir de Dijion
Raoul et ses boeufs en promenade autour du Lac Kir de Dijion © Radio France - Thomas Nougaillon

A Plombières-lès-Dijon tout le monde connaît,au moins de vue, Raoul Bériel, un jeune paysan de 28 ans. Sa particularité ne peut pas passer inaperçue : il se promène dans les rues du village tirant derrière lui deux bœufs sous un joug.

Tiru (prononcez "Tirout") et Bali sont deux boeufs "Galloway", une vieille race bovine venue des îles britanniques. Ces deux frères de trois ans et trois ans et demi à la robe feu et beige tachetée de blanc pèsent un peu plus de 300 kilo pièces, des animaux pas très imposants donc. Sans cornes sur la tête et castrés ils sont qui plus est du genre inoffensif. Leur propriétaire est originaire de Fresnes au Sud de Paris. Un personnage pour le moins original, atypique d'autant que Raoul Bériel n'est pas du tout issu du monde agricole.

Tiru et Bali ce sont les noms de ses boeufs, Raoul Bériel leur propriétaire à voyager à travers le monde (en Inde, au Japon) avant de devenir paysan dans l'agglomération Dijonnaise - Radio France
Tiru et Bali ce sont les noms de ses boeufs, Raoul Bériel leur propriétaire à voyager à travers le monde (en Inde, au Japon) avant de devenir paysan dans l'agglomération Dijonnaise © Radio France - Thomas Nougaillon

Pas du tout issu du monde agricole

Sa maman est responsable d'un relais assistante maternelle, son père est éducateur sportif, Lucille sa sœur s'occupe des jeunes enfants en région parisienne. Raoul est arrivé dans l'agglo Dijonnaise il y a deux ans et demi. Il aimerait bien mettre ses animaux aux services d'exploitants agricoles ou forestiers pour vivre du travail des champs et du débardage. En attendant ses bêtes sont "hébergées" dans le jardin d'un particulier qui prête un bout de terrain à Plombières-lès-Dijon. Tandis que lui, qui vit du RSA, loge dans un appartement à Dijon.

Raoul Bériel, ici au lac Kir de Dijon, connaît un effet "boeuf" avec ses animaux. Comme cette dame et son enfant nombreux sont les personnes qui l'arrêtent pour discuter un moment et caresser ses boeufs - Radio France
Raoul Bériel, ici au lac Kir de Dijon, connaît un effet "boeuf" avec ses animaux. Comme cette dame et son enfant nombreux sont les personnes qui l'arrêtent pour discuter un moment et caresser ses boeufs © Radio France - Thomas Nougaillon

L'histoire d'un retour aux sources

Raoul Bériel, c'est l'histoire d'un retour à la nature, il a décidé de tout plaquer il y a quelques années alors qu'il était en terminale scientifique à Fresnes. "Pour moi c'est un retour aux sources, il y a un côté un peu militant, quand je rencontre des gens je leur explique que ce sont des animaux qui ont beaucoup à nous donner. J'avais besoin aussi de me sentir utile, pouvoir rendre des services aux autres, donc si je peux travailler des terres et que les gens fassent des légumes sur ces terres, c'est tant mieux". Le jeune homme espère vivre de son attelage "dans quelques années je vais sans doute pouvoir travailler et avoir un revenu avec mes bœufs. Y a déjà un maraîcher qui a proposé de nous engager pour préparer ses terres".

Raoul Bériel paysan itinérant

Il promène souvent ses animaux "à l'ancienne" sous un joug pour les habituer aux bruits de la ville! - Radio France
Il promène souvent ses animaux "à l'ancienne" sous un joug pour les habituer aux bruits de la ville! © Radio France - Thomas Nougaillon

Se reconnecter au temps qui passe doucement

Rencontrer Raoul Bériel, discuter avec lui, c'est un peu retourner dans le passé, la France du XIXe siècle. Il lui arrive de promener ses bêtes autour du lac Kir de Dijon et chaque fois c'est la même chose. Des gens avec des enfants s'approchent de lui pour lui poser des questions. "Moi je suis pas contre la modernité, mais parfois je trouve que ça va un peu trop vite, donc le rythme des bœufs, marcher à leurs pas ça permet de se reconnecter au temps qui passe doucement finalement" conclut philosophe le jeune homme.

Au lac Kir de Dijon, un vendrdi après-midi au mois de juin 2017 - Radio France
Au lac Kir de Dijon, un vendrdi après-midi au mois de juin 2017 © Radio France - Thomas Nougaillon

Quelques Plombièrois ont le poil qui se hérisse lorsqu'on évoque le paysan itinérant

Raoul Bériel fait paître ses bœufs dans un jardin sur les hauteurs de Plombières-lès-Dijon rue du 8-mai-1945. Il descend en ville pour faire boire ses bœufs à la rivière rue de l’église. Si les gens regardent dans leur immense majorité ce garçon et ses drôles d'animaux d'un bon œil certains Plombiérois sont un peu irrités par ses bœufs. Il faut dire qu'il leur arrive de laisser derrière eux quelques "souvenirs" odorants dans les rues. Par ailleurs une main courante aurait été déposée par un habitant parce que Tiru et Bali avaient tendance à s'approcher un peu trop de son potager.

Reportage à Plombières-lès-Dijon aux côtés de Raoul Bériel

 Raoul Bériel le paysan itinérant de l'agglomération dijonnaise, ses boeufs sont hébergés dans le champ d'un particulier à Plombières-lès-Dijon au dessus de la voie SNCF - Radio France
Raoul Bériel le paysan itinérant de l'agglomération dijonnaise, ses boeufs sont hébergés dans le champ d'un particulier à Plombières-lès-Dijon au dessus de la voie SNCF © Radio France - Thomas Nougaillon

Comment contacter Raoul ?

Vous pouvez proposer quelques heures de travail à Raoul et ses boeufs? Contactez le sur son courriel : ramagopaladas@yahoo.fr