Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

L’œil du web - Les petits candidats à la présidentielle stars du web

-
Par , France Bleu

Lors du Grand débat de la présidentielle mardi soir, les petits candidats à la présidentielle n'ont peut-être pas gagner la bataille des intentions de vote mais ils ont gagné celle du buzz sur le web, en particulier Philippe Poutou et Jean Lassalle.

Philippe Poutou, le candidat à la présidentielle le plus cité sur Twitter, avec François Fillon, le soir du Grand débat de la présidentielle
Philippe Poutou, le candidat à la présidentielle le plus cité sur Twitter, avec François Fillon, le soir du Grand débat de la présidentielle © Maxppp - Lionel Bonaventure

C’est l’œil du web, une chronique à écouter chaque matin 5h40 sur France Bleu.

L'œil du web zoome sur les petits candidats, stars du web, après le Grand débat de la présidentielle mardi soir. Avec une mention spéciale pour Philippe Poutou, le candidat sans cravate du NPA qui vole la vedette à Nathalie Arthaud. Sur plus d'1,6 millions de tweets avec le hashtag #LeGranddébat, c'est lui qui - avec François Fillon - a été le plus souvent cité et qui gagne le plus d'abonnés. Ses sorties contre les politiciens corrompus et surtout le moment il dit "nous on n'a pas l'immunité ouvrière" en s'adressant à Marine Le Pen. Cela a fait beaucoup réagir comme son attitude pendant le débat. Avec une question qui agite la toile. Qu'a-t-il pu bien dire à ses soutiens derrière lui quand il se retourne vers eux? Cela a donné lieu à des détournements très drôles et très nombreux sur Twitter, du genre "y'a personne qui peut me remplacer? Je commence à 4h et demi demain", ou encore "tu peux déplacer mon Kangoo? Je l'ai garé sur une livraison". Bref, les blagues ne manquent pas.

La star du web c'est lui, Philippe Poutou et il se partage le podium avec Jean Lassalle et ses envolées lyriques. Les internautes n'ont pas été tendre dans la moquerie, notamment sur son tic de langage "mes chers compatriotes" quasiment à chaque intervention. N'empêche que c'est lui qui a suscité le plus de recherches sur Google le soir du débat, suivit par Jacques Cheminade et Philippe Poutou.

A Poitiers, les places de parking, bientôt payantes au CHU, provoquent l'indignation

C'est une info développée par France Bleu Poitou. A partir de septembre le CHU de Poitiers veut faire payer le parking aux visiteurs de l'hôpital, le même prix qu'une place en ville. Il n'y a peut-être que les gens qui accompagneront ou viendront chercher un proche qui ne paieront pas, grâce à un dépose minute mais encore ce n’est pas sûr. Les 700 places actuelles ne seront donc plus gratuites et cela scandalise les usagers. L'article de France Bleu Poitou sur le sujet a déjà été partagé plus de 1200 fois en quelques heures sur Facebook. Des centaines de commentaires révoltés. "inadmissible", "honteux", "incompréhensible", c'est vraiment vécu comme une mauvaise blague. L'hôpital justifie son choix en expliquant que l'argent du parking servira à financer des travaux en cours, pour améliorer la circulation et pour 300 places de parking supplémentaires, payantes elles aussi.

En Australie, il ne faut pas se moquer des policiers

Surtout quand ils donnent une conférence de presse devant les caméras. Ce policier australien va nous le démontrer. Il s'adresse aux journalistes quand tout à coup un homme ivre, une bouteille à la main arrive derrière lui et cri "bullshit". C’est-à-dire "connerie" en anglais. Il perturbe l'intervention du policier. Ni une, ni deux, il arrête l'interview, prévient les journalistes qu'il reviendra plus tard et arrête l'homme en le tirant par le bras pour le ramener au commissariat. La vidéo captée par une chaîne locale a été diffusée lundi et elle a déjà été vue près de 800 000 fois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu