Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

La brigade anti-tags confrontée à une vague inédite

lundi 11 juin 2018 à 6:05 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou

Plus de 500 tags ont été nettoyés le mois dernier dans la capitale poitevine. La brigade anti-tags du service propreté de la mairie est plus que jamais sollicitée.

Yohann, un agent municipal, nettoie un mur en utilisant l'hydrogommage
Yohann, un agent municipal, nettoie un mur en utilisant l'hydrogommage © Radio France - Samuel Monod

Poitiers, France

Est-ce un combat sans fin ? A Poitiers, comme dans les autres villes, les tags font partie du décor et réapparaissent, malgré le nettoyage. Ce nettoyage, il est assuré par la brigade anti-tags, rattachée au service propreté de la mairie de Poitiers. "On commence à 7h du matin, et on finit vers 16h" explique Yohann, un agent municipal. 

L'équivalent d'un terrain de foot chaque année 

Cela fait quinze ans maintenant que Yohann et son coéquipier, Christophe, sillonnent les rues de Poitiers pour enlever les inscriptions affichées sur les murs. Leur rendement est impressionnant. "Chaque année, on enlève l'équivalent d'un terrain de foot en superficie. C'est énorme" déclare Benoît Texereau, responsable du service propreté de la mairie.  Le mois dernier a été particulièrement intense pour la brigade. "On a effacé 500 tags, deux fois plus que la normale". La cause ? L'actualité : le 50ème anniversaire de Mai 68 et les protestations contre l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Un service gratuit

Benoît Texereau explique que la brigade fonctionne essentiellement grâce aux demandes envoyées par les particuliers ou les entreprises dont les murs sont pollués par les tags. "On nous appelle, on établit un listing, on constate les tags. En fonction du message diffusé, de sa sensibilité, on intervient prioritairement sur certaines inscriptions comme les injures ou les propos racistes et on laisse les autres de côté pour après". Le service est gratuit. Le tag doit être visible depuis l'espace public.