Insolite

La campagne de pub du centre aquatique de Laval fâche l'Ile de la Réunion

Par Germain Treille, France Bleu Mayenne mardi 20 juin 2017 à 17:00

Voici la campagne de pub qui a fâché l'île de la Réunion
Voici la campagne de pub qui a fâché l'île de la Réunion - DR

L'affiche de promotion de l'Aquabulle, qui fait référence à la crise des requins, a mis en colère les Réunionnais.

"N'importe quoi, c'est du marketing de merde !", "Je suis fière de mon île, on a du savoir vivre", "On va vous expliquer à quel point vous êtes stupide", "C'est honteux de dénigrer l'île de la Réunion pour vous faire de la publicité", "On a le soleil toute l'année,on a pas besoin de faire un slogan de merde pour attirer des gens". Voilà quelques réactions, parfois très violentes, des habitants de l'Ile de la Réunion quand ils ont entendu parler de cette publicité. Tous les médias du département d'outre-mer lui ont consacrée un sujet. Et la polémique a aussitôt explosé.

La crise du requin à la Réunion est prise très au sérieux et déchaîne les passions avec 9 morts depuis 6 ans et plus de 20 attaques. Cette campagne de promotion est donc jugée de mauvais goût comme l'explique Maëva Pausé, journaliste du site d'info "Imaz Press Réunion" : "c'est très mal passé ici car cette crise du requin fait beaucoup de tort à la Réunion. Les habitants ont considéré cette communication très mal venue, mal choisie".

Le maire de Laval, François Zocchetto, a réagi ce mardi soir sur Twitter :

Le centre aquatique mayennais s'excuse et met un terme à la campagne

Les responsables de l'Aquabulle n'ont pas souhaité faire de commentaire au micro de France Bleu Mayenne se contentant d'une publication sur Facebook pour s'excuser: "Bonjour à toutes et à tous, suite à la sortie de notre nouvelle communication, vous avez été très nombreux à réagir. Nous tenons vraiment à nous excuser si cette publication vous a blessés. Nous stoppons d’ores et déjà cette campagne de communication sur les supports sur lesquels il est encore possible de le faire, et vous assurons que nous réfléchissons assidûment à la manière de nous amender".