Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - La "dame aux coquillages" des Sables-d'Olonne exaspérée par les dégradations sur ses fresques

-
Par , France Bleu Loire Océan

Les fresques en coquillages qui ornent les murs du quartier de l'Île-Penotte, aux Sables-d'Olonne, sont régulièrement dégradées. "Il n'y a aucun respect", se désole l'artiste, Dan Arnaud-Aubin.

Un coquillage a été volé.
Un coquillage a été volé. © Radio France - Adèle Bossard

L'Île Penotte, quartier emblématique des Sables d'Olonne, est victime des incivilités. Des centaines de touristes, parfois plus de 1.000, s'y pressent chaque jour pour voir les façades recouvertes de fresques en coquillages. Mais les dégradations et les vols se multiplient sur les œuvres, au grand désespoir de l'artiste. L'été dernier, elle avait alerté sur la situation, sur France Bleu Loire Océan. Mais un an plus tard, rien n'a changé. La "dame aux coquillages", Dan Arnaud-Aubin, ne met que quelques secondes à trouver une œuvre dégradée. "Regardez, ça c'est très récent, cette nuit ou ce matin, pointe-t-elle en haut d'une mosaïque représentant Dracula en coquillages. On m'a enlevé un bigorneau... alors que ce n'est pas très cher, un bigorneau. Pourquoi ils sont venus voler un bigorneau ?! Et il va falloir que je donne un coup de burin, que je retrouve le même et que je le colle".

Dan Arnaud-Aubin veille sur ses fresques.
Dan Arnaud-Aubin veille sur ses fresques. © Radio France - Adèle Bossard

Surtout que l'artiste avait déjà remarqué une autre partie cassée de cette oeuvre. Et à chaque fois, elle doit se lancer dans une opération fastidieuse : "Si je prends un burin, que j'enlève une moule pour la remplacer, je risque de la faire sauter. Mais ça, c'est sur que ça ne s'est pas fait tout seul. Il faut le faire exprès. Il n'y a aucun respect", souffle-t-elle. Elle assure même avoir déjà vu des passants arracher des coquillages à l'aide de leur clé de voiture... alors qu'il est bien indiqué qu'ils ne fait pas toucher les fresques.

Beaucoup ne résistent pas à la tentation de toucher les fresques.
Beaucoup ne résistent pas à la tentation de toucher les fresques. © Radio France - Adèle Bossard
De petits écriteaux demandent pourtant de ne pas toucher les coquillages.
De petits écriteaux demandent pourtant de ne pas toucher les coquillages. © Radio France - Adèle Bossard

Pour limiter les dégâts, les œuvres les plus fragiles sont déjà protégées par du plexiglas. Et les touristes, sont plutôt compréhensifs. "C'est vrai que c'est moins joli quand c'est protégé, mais au moins ça résiste, estime Luc. Ça évite de casser les coquillages à force de les toucher." Surtout que la "dame aux coquillages", lassée, craint de ne bientôt plus avoir la force de réparer tous les dégradations. "Mais c'est l'aventure, le prix du succès", relativise-t-elle.

Du plexiglas recouvre les pièces les plus fragiles.
Du plexiglas recouvre les pièces les plus fragiles. © Radio France - Adèle Bossard
Choix de la station

À venir dansDanssecondess