Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

La Flèche : une jeune femme ouvre un salon spécialisé dans les tatouages sur cicatrices

-
Par , France Bleu Maine

Un salon de tatouage spécialisé dans les tatouages sur cicatrices vient d'ouvrir à La Flèche. Amélie Gauthier propose de transformer les traces de blessures et de maladies. Et la jeune femme a déjà beaucoup de succès.

La tatoueuse Amélie Gauthier devant son salon à La Flèche
La tatoueuse Amélie Gauthier devant son salon à La Flèche © Radio France - Christelle Caillot

La Flèche, France

Amélie a à peine trente ans. Originaire de Cognac, elle a fait des études de graphiste et de styliste à Bordeaux. Puis elle a décidé d'engager une reconversion en suivant une formation sur les tatouages et a franchit le pas en ouvrant sa boutique baptisée "Amely's Tattoo". Et si elle peut faire tous les tatouages, elle est spécialisée dans les tatouages sur cicatrices.

Rencontre avec une jeune femme plein d'avenir.

France Bleu Maine :  vous avez 29 ans, comment vous avez eu l'idée d'ouvrir un salon de tatouages spécialisé dans les tatouages sur cicatrices ?

Amélie Gauthier : Au début, j'ai fait des études de stylistes et graphistes à Bordeaux. Et un jour, à Nantes, je me suis fais tatouer sur la poitrine et mes yeux n'arrivaient pas à s'en décrocher. J'ai compris à ce moment que ma voie était dans le tatouage. Je me suis d'abord lancée à Nantes chez moi, j'ai testé plusieurs modèles sur moi, sur des amis. Je suis ensuite arrivée à La Flèche pour des raisons personnelles et stratégiques. Je pense qu'ici j'aurai moins de concurrence que dans une grande ville.

France Bleu Maine : Quelle est la réglementation pour ouvrir ce type de boutique ?

Amélie Gauthier : En fait, c'est très simple, il faut trouver le local, signer un bail. Le monde du tatouage n'est pas encore très légalisé. Il y a beaucoup moins de normes par exemple que pour un salon de coiffure. La seule formation obligatoire que l'on doit avoir, c'est celle de l'hygiène. Ça était très facile pour moi d'ouvrir ici. Il faut rajouter également qu'il n'y a pas de réglementation sur les prix. Moi je commence à 75 euros, et ça peut monter jusqu'à plus de 2.000 pour un dos.   

Le type de dessin que peut faire la tatoueuse Amélie Gauthier dans son salon à La Flèche - Radio France
Le type de dessin que peut faire la tatoueuse Amélie Gauthier dans son salon à La Flèche © Radio France - Christelle Caillot

France Bleu Maine : Vous êtes spécialisée dans les tatouages sur cicatrices, pourquoi et quelles sont les précautions à prendre ?

Amélie Gauthier

Je me suis spécialisée dans les tatouages sur cicatrices car beaucoup de membres de ma famille travaillent dans le milieu de la santé et donc j'avais une sensibilité vis à vis des personnes qui ont vaincu la maladie. 

Sur le tatouage sur cicatrices, on va éviter la couleur, il faut aussi faire attention car la peau est plus fine; je ne peux pas prendre d'aiguilles trop fines. Sur les motifs, on peut faire à peu près tous les dessins. Après il y a aussi des précautions à prendre avec le client avec un peu plus de psychologie. De plus, on ne peut pas tatouer sur une cicatrice de moins d'un an et demi, il faut aussi l'autorisation du médecin et il ne faut pas que le client ait de traitement.

France Bleu Maine : À l'arrivée, est-ce que l'on voit encore la cicatrice ?

Amélie Gauthier : La cicatrice, elle sera toujours là. Mais ça donne souvent une illusion d'optique. Ça la cache. Après ce n'est pas forcément un choix de vouloir la cacher. Il y a des clients qui préfèrent la mettre en valeur et qui vont vouloir comme un fil de couture qui coud la cicatrice en tatouage.

France Bleu Maine : Vous avez travaillé sur des prothèses mammaires suite à des cancers du sein ?

Amélie Gauthier : oui, ça m'est arrivé. J'ai même eu une fois une personne qui n'avait pas encore fait de reconstruction mammaire et qui avait un sein à plat. Dans ce cas là, il faut prendre ça en compte dans le dessin, dans la mesure ou le dessin va se développer une fois qu'il y aura la prothèse.

La tatoueuse Amélie Gauthier dans son salon à La Flèche, devant les photos de ses créations - Radio France
La tatoueuse Amélie Gauthier dans son salon à La Flèche, devant les photos de ses créations © Radio France - Christelle Caillot

Amely's Tattoo, 69 rue Grollier 72200 La Flèche

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu