Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Insolite

VIDÉO - La guerre des mobiles-homes secoue le camping de Pirou, dans la Manche

mercredi 10 octobre 2018 à 17:05 Par Marc Bertrand, France Bleu Cotentin, France Bleu et France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Au camping municipal de Pirou (Manche), une bataille sourde se joue depuis un an entre mobiles-homes, à savoir : les toits plats contre toits pointus. La mairie a pris fait et cause pour les seconds, plus récents. Elle est en passe de remporter la victoire.

Le camping municipal de Pirou, au bord de la Manche, mardi 9 octobre.
Le camping municipal de Pirou, au bord de la Manche, mardi 9 octobre. © Radio France - Marc Bertrand

Pirou Plage, Pirou, France

"On abandonne. On s'en va." Maryline a lâché l'affaire. Marie-Claude et son mari aussi : "On a reçu le courrier recommandé qui nous demande d'avoir enlevé le mobile-home avant fin octobre", se désole la retraitée, bientôt septuagénaire. Marie-Claude fait partie des toits plats.

Son mobile-home, installé en 2002 au camping municipal, est l'un des treize derniers survivants de l'ethnie pestiférée des bungalows à toit plat. Tous les autres ? "Des toits pointus, comme veut madame le maire. D'ailleurs, un certain nombre ont été installés par la mairie, et non par des propriétaires privés".

Toit plat, chat noir

Quand on tente de joindre la mairie sur la question, "pas le temps". Elle explique simplement que les toits plats "sont prévenus depuis deux ans" avant de nous raccrocher au nez. "On nous a dit que nos mobiles-homes sont trop vieux, pas bien isolés. Mais les neufs ne le sont pas plus", explique Maryline, l'une des toits plats. 

Elle veut un beau camping, haut-standing. Les toits pointus, ça fait plus chic" - Marie-Claude

Marie-Claude vient chaque été au camping municipal de Pirou "depuis 40 ans. Mes enfants ont joué dans ce mobile-home quand ils étaient petits". Elle et son mari handicapé font la route depuis la banlieue de Flers, dans l'Orne pour aller passer trois mois en bord de mer. Elle paie le loyer, 1800 euros par an.

Lutte des toits, lutte des classes ?

"Soit on part, soit on prend un toit pointu. Mais un mobile-home neuf, ça coûte 30 000 euros. On n'a pas les moyens", explique Marie-Claude. Car les irréductibles toits plats le sont aussi faute de moyens : "C'est inhumain", avoue à demi-mot une voisine, pour sa part toit-pointu, qui préfère rester anonyme "de peur de fâcher la mairie".

Ce sont des retraités avec des toutes petites pensions. Venir à Pirou, c'était leur seul loisir" - Une voisine toit-pointu

"Ce sont des gens qui ont plus de 80 ans. La mairie aurait pu attendre que les bungalows se libèrent naturellement... plutôt que de les expulser comme ça", regrette-t-elle. Quand à Marie-Claude, elle a tenté de sonder d'autres campings du bord de mer, sans succès : "Il n'y a pas qu'à Pirou. Plus personne ne veut de nos vieux mobile-homes"