Insolite

INSOLITE - La nouvelle vie des anciennes cabines téléphoniques en Côte- d’Or

Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne et France Bleu jeudi 28 septembre 2017 à 22:08

A Pasques, un robinet et un lavabo ont remplacé le téléphone dans l'ancienne cabine.
A Pasques, un robinet et un lavabo ont remplacé le téléphone dans l'ancienne cabine. © Radio France - Jacky Page

L'opérateur téléphonique Orange procède au démontage des dernières cabines téléphoniques. En Côte-d'Or, il n'en reste aujourd'hui plus qu'une seule. Parfois, la cabine peut servir à d'autres usages une fois débarrassée de son téléphone, .

C'est un élément de mobilier urbain en voie de disparition. En Côte-d'Or, y avait encore 261 cabines téléphoniques à la fin de l'année 2016. Il n'en reste aujourd'hui plus qu'une seule. Ces cabines pour l'emplacement desquelles Orange versait un loyer aux communes, coûtaient d'autant plus cher à entretenir qu'elles avaient été totalement détrônées par la téléphonie mobile.

"On est vraiment là typiquement dans le cas du remplacement d’un usage par un autre, et l’autre usage aujourd’hui, c’est celui du mobile", commente Pascale Garcia, directrice régionale des relations avec les collectivités locales chez Orange. Elle ajoute que le flux des communications dans les cabines devenait anecdotique, de l’ordre de quelques secondes par mois.

Les communes ont la possibilité de demander à Orange une convention de donation qui leur permet de reprendre la cabine dépouillée de son matériel téléphonique. Une vingtaine d'initiatives ont été enregistrées en Côte-d'Or, le plus souvent il s'agit d'en faire des boîtes à livres, où chacun peut déposer ou prendre un livre.

Cabine à livres...

À Salives, cela fait trois ans que la cabine téléphonique, un modèle britannique tout rouge, qui avait été acheté par le maire, a perdu son téléphone. Une habitante, Raymonde Boyon, l'a reconvertie en cabine à livres dotée de rayonnages. Le succès est au rendez-vous : "un monsieur est passé ce matin à la cabine. Il allait chez le médecin et au lieu de patienter dans la salle d’attente avec de vieilles revues qui datent de quatre ou cinq ans, il a pris un livre".

Livres et magazines en libre service à Salives - Radio France
Livres et magazines en libre service à Salives © Radio France - Jacky Page

Les rayonnages sont bien garnis, Raymonde y range chaque semaine quinze livres nouveaux. Car les habitués jouent le jeu et prennent autant d’ouvrages qu’ils en apportent. Martine est venue déposer une bande dessinée que les enfants apprécieront. Elle remarque que les enfants empruntent souvent des livres dans la cabine. Sa petite-fille n’est pas en reste.

...ou bar à eau

À Pasques, commune de 300 habitants à la croisée de plusieurs chemins de randonnée, la municipalité a reconverti la cabine du village en bar à eau, où les randonneurs assoiffés peuvent remplir leur gourde à un robinet. Jacques, qui vient de faire la montée depuis Dijon sur son vélo, remplit son bidon, et apprécie l’initiative : "autrefois il y avait des fontaines pour se ravitailler, on n’en trouve presque plus, c’est donc une bonne idée".

Le maire, Alain Duthu, précise que la transformation de la cabine n’a coûté que 250 euros, et qu’elle permet de ramener la sérénité dans le cimetière : "les cyclistes s’arrêtaient régulièrement pour remplir leur gourde au robinet du cimetière. Je trouve que ne n’est pas le lieu idéal".

La dernière cabine en service, dans le Châtillonnais

Une vraie cabine avec un téléphone : curiosité locale à Buxerolles. - Radio France
Une vraie cabine avec un téléphone : curiosité locale à Buxerolles. © Radio France - Jacky Page

Seul Buxerolles, 26 habitants dans le Châtillonnais, a conservé sa cabine, parce que le village en zone blanche ne permet pas l'usage du portable. Germaine se souvient du temps où elle n'avait pas le téléphone chez elle : "quand on avait besoin du docteur, du vétérinaire ou de n’importe quoi, c’est bien à la cabine qu’on allait. Il n’y avait que cela". Aujourd’hui, elle aperçoit encore de temps en temps quelqu’un qui passe un appel dans la cabine, mais c’est rare. Quand le réseau de téléphonie mobile sera satisfaisant, la dernière cabine de Côte-d'Or disparaîtra à son tour.