Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

La police belge cache ses radars dans des poubelles

mardi 5 septembre 2017 à 20:02 - Mis à jour le mardi 5 septembre 2017 à 21:39 Par Bastien Deceuninck, France Bleu Nord et France Bleu

La Belgique met ses radars à la poubelle! Pas pour les jeter, mais pour les cacher, et ainsi verbaliser les automobilistes en infraction en toute discrétion. La police de Comines-Warneton, près d'Armentières, en utilise un depuis le mois de juillet.

Le radar est dissimulé dans une poubelle spécialement conçue à cet effet.
Le radar est dissimulé dans une poubelle spécialement conçue à cet effet. © Radio France - Bastien Deceuninck

C'est la nouvelle méthode des policiers belges pour dissimuler ses radars : de temps en temps, elle les installe dans des poubelles ! Une nouveauté rendue possible par l'acquisition d'un nouveau modèle de radar, le NK7, fabriqué par une entreprise australienne. Ce radar de dernière génération est capable de contrôler six voies en même temps, dans les deux sens (sur une autoroute par exemple) et utilise un flash infrarouge. Il est donc quasiment indétectable.

Difficile de faire mieux en matière de discrétion pour ce radar. - Radio France
Difficile de faire mieux en matière de discrétion pour ce radar. © Radio France - Bastien Deceuninck

La poubelle en question a été spécialement conçue pour cet emploi. Côté pile, c'est un conteneur comme les autres. Mais côté face, une vitre laisse entrevoir le radar, redoutable de discrétion. Pour autant, la police belge ne veut pas parler "d'arsenal répressif". Ce radar-poubelle n'est utilisé qu'en cas d'ultime recours, notamment lorsque les radars pédagogiques, les contrôles en uniforme, et les voitures banalisées n'ont pas incité les usagers à respecter les limitations de vitesse.

La répression après la prévention

"90% de notre travail est axé sur la prévention. Mais il y a un moment où, quand on ne comprend pas, il faut passer à la répression. Et dans ce cas-là, il faut être le plus caché possible. C'est la raison pour laquelle on peut mettre ce radar sur un trépied, mais aussi dans un véhicule ou dans une poubelle" explique Sébastien Dauchy, le chef de corps de la police de Comines-Warneton, qui rappelle qu'entre 75 et 80% des contrôles routiers sont annoncés à l'avance sur le site Internet de la police.

Si le dispositif a de quoi faire hurler les automobilistes récalcitrants, ce n'est pas le cas des riverains. Depuis la mise en place des contrôles, certains ont vu la différence, notamment sur la Nationale 58, très accidentogène, et où les contrôles ont permis de faire respecter la nouvelle limitation à 90 kilomètres par heure, au lieu de 120 auparavant.

Ce radar dernière génération flashe jusqu'à six voies simultanément. Il empêche les contestation lorsque deux voitures sont présentes sur la photo. - Radio France
Ce radar dernière génération flashe jusqu'à six voies simultanément. Il empêche les contestation lorsque deux voitures sont présentes sur la photo. © Radio France - Bastien Deceuninck

Un plan presque parfait

Ce radar-poubelle est pour l'instant en phase de test. Il ne commencera véritablement à flasher que dans quelques semaines. Il y a quand même un accroc dans le plan de la police : la Belgique n'utilise pas de poubelles pour ramasser ses ordures, mais seulement des sacs! Peut-être que la présence de celle-ci, seule, au bord de la route mettra la puce à l'oreille aux automobilistes belges...

Et en France ? Pour l'instant, ce radar n'est pas encore homologué chez nous. Mais s'il réussit les tests du laboratoire national de métrologie et d’essais, seul habilité à certifier les radars sur le territoire français, il pourrait faire son apparition au bord de nos routes...