Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

La reine d'Angleterre inaugure un monument fabriqué en partie en Côte-d'Or

mardi 28 mars 2017 à 18:35 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Le 9 mars, la reine d'Angleterre a inauguré à Londres un monument à la mémoire des forces armées et civiles britanniques qui ont servi en Irak et en Afghanistan. C’est l’œuvre d’un sculpteur britannique installé dans le pays de l’Auxois depuis le début des années 90.

Paul Day et la Reine Elizabeth II lors de l'inauguration
Paul Day et la Reine Elizabeth II lors de l'inauguration - Ministry of Defence

Côte-d'Or, France

La reine Elizabeth II, le duc d’Edimbourg, Theresa May, la première Ministre britannique, Tony Blair, l’ancien premier Ministre, il y avait du beau monde à l’inauguration du monument aux morts britanniques d’Irak et d’Afghanistan le 9 mars dernier à Londres. Et ce monument, c’est l’œuvre du sculpteur Paul Day, qui est installé depuis plus de 20 ans en Côte-d’Or, dans le pays de l’Auxois.

Le monument est composé de deux grandes pierres calcaires de 6 m de haut qui encadrent une médaille de bronze, avec deux faces : l’une représente l’engagement militaire dans la région du Golfe, l’autre représente plusieurs scènes de l’engagement des civils britanniques dans la région.

Cette médaille de bronze est née dans l’atelier de Paul Day dans le pays de l’Auxois : " avant de faire une pièce en bronze, il faut faire un modèle en terre, en argile, et j’ai fait ça ici en Côte-d’Or " raconte l’artiste.

Paul Day et la reine d'Angleterre devant le monument  - Maxppp
Paul Day et la reine d'Angleterre devant le monument © Maxppp -

Il a déjà rencontré cinq fois la reine d’Angleterre

Et c’est donc la Reine Elizabeth - herself - qui a inauguré le monument de Paul Day. C’est presque devenu une habitude pour le sculpteur qui a déjà rencontré cinq fois la souveraine. "J’ai passé dix bonnes minutes avec elle pour lui expliquer les choix que j’ai fait pour cette œuvre, elle m’a posé des questions sur la fabrication, elle avait l’air très intéressée. "

Un moment forcément un peu intimidant : " mais avec l’habitude, j’ai de moins en moins peur. Il y a un petit protocole à respecter, mais c’est assez simple finalement " s’amuse Paul Day. "Et puis la famille royale a l’habitude de rencontrer des gens qui s’embrouillent les pinceaux, quand on est nerveux, on fait forcément des erreurs, mais la Reine, avec son professionnalisme, s’est rarement laissée déboussolée par les faux-pas de ses sujets. "

C’est finalement la rencontre avec les familles de militaires et de civils morts en Irak et en Afghanistan qui a le plus ému l’artiste lors de cette cérémonie.

Une autre oeuvre de Paul day, installée dans la gare St Pancras à Londres  - Maxppp
Une autre oeuvre de Paul day, installée dans la gare St Pancras à Londres © Maxppp - Jeff Moore

Arrivé en Bourgogne à bord d’une 2CV

Paul Day a découvert la Bourgogne lors d’un stage aux beaux-arts de Lyon. Avec un ami londonien, ils sont partis en stop pour aller visiter les basiliques de Vézelay et la cathédrale d'Autun. " On a été époustouflés par la beauté des paysages et la beauté des bâtiments en pierre " raconte t-il. De retour en Angleterre, il se marie avec une franco-britannique, qui a envie de venir vivre en France. Défi relevé, et la Bourgogne sera donc la destination finale du couple. " On est arrivés en 2CV parce qu’on a une passion pour ces voitures dans ma famille, mais sans savoir qu’on allait s’y installer définitivement ", se souvient Paul Day.

Le calme et les jolies rencontres humaines ont achevé de le convaincre. "Je ne peux pas dire que c’est la douceur de vivre qui m'a fait rester, parce que le climat est beaucoup plus rude ici que là d’où je viens" s'amuse t-il.