Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Bleu de Brebis" ou "Roquefort" : des salariés accusent Lactalis de tromperie sur l'AOP

mercredi 10 avril 2019 à 15:11 Par Sandrine Morin, France Bleu Occitanie, France Bleu Mayenne et France Bleu

Depuis le début avril, l’entreprise Lactalis vend un nouveau fromage. Un fromage appelé "Bleu de brebis" sous la marque "Société". Un ersatz de Roquefort pour les défenseurs de l’appellation protégée.

La marque "Société" commercialise désormais un fromage qui n'est pas du Roquefort.
La marque "Société" commercialise désormais un fromage qui n'est pas du Roquefort. © Maxppp -

Aveyron, France

Dans certains rayons de supermarché vous aurez le choix désormais entre deux produits se ressemblant drôlement. D’un côté le "Roquefort Société" fabriqué selon les strictes règles de l’AOP (appellation origine protégé, le Roquefort est même le premier fromage à obtenir une AOP en 1925). Et de l’autre côté un "Bleu de Brebis Société". L’emballage est quasiment identique. La marque est la même. En revanche, le prix et la rémunération des agriculteurs ne sont pas du tout au même niveau pour ces deux fromages. 

1,90 euros pour une tranche de "Bleu de brebis" et 2,50 euros pour le "Roquefort" estime la CFDT Roquefort qui s’inquiète de ce nouveau fromage. La direction de Lactalis leur a expliqué que ce nouveau produit était mis en place pour palier l’érosion des ventes de Roquefort ( 5 millions de tours en 2014 contre 3,3 millions en 2018.) Selon le géant du lait, les consommateurs se détournent du Roquefort et veulent un fromage moins salé et moins fort.  

Produit dérivé

Au contraire pour le syndicat, ce "Bleu de Brebis Société", c’est une manière de "cannibaliser" le Roquefort, de se servir de sa notoriété et de tromper les consommateurs. Ghislaine Fabre, responsable de la CFDT à Roquefort a aussi peur qu’on fragilise une filière 100% locale. "Pour nous la marque Société ce n’est que du Roquefort. Nous ne voulons pas de produit dérivé avec "Société" écrit dessus parce que le consommateur va être perdu. On n’a peur que cela nous fasse perdre des clients du Roquefort, parce qu’il sera beaucoup moins cher. Ce "Bleu de brebis" n’a aucune charge. Ils peuvent prendre du lait de n’importe où. Le faire n’importe où.

Ghislaine Fabre de la CFDT Roquefort.

"Tromperie et fraude"

Le syndicat a été rejoint dans son combat par le député européen et ancien éleveur José Bové qui pourrait même saisir la justice. "On a une entreprise qui scie la branche sur laquelle elle est. Qui scie la branche aussi des producteurs par rapport au prix du lait. On fait _un Roquefort sans cahier des charges_. C’est scandaleux. Il faut le retirer du marché. On a une tromperie des consommateurs par rapport à l’AOP. Et on a une fraude manifeste au sens de la direction générale des fraudes."  L'institut national des AOP pourrait se saisir du dossier. Si ce n'est pas le cas, José Bové pourrait attaquer devant la cour européenne de justice. 

José Bové contre le "Bleu de Brebis"