Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Landes : de la nourriture pour poissons fabriquée à partir de... larves de mouches !

mercredi 6 décembre 2017 à 19:05 Par Maëlle Robert, France Bleu Gascogne

L'entreprise Protifly vient de recevoir une subvention de la région. Ses trois fondateurs sont à la recherche d'autres financements pour ouvrir une usine dans les Landes : un élevage de mouches pour transformer les larves en concentrés de protéines destinés aux élevages de poissons.

Les entreprises espèrent démarrer la production en février 2018.
Les entreprises espèrent démarrer la production en février 2018. © Maxppp - Odilon Dimier

Landes, France

L'idée a germé dans l'esprit de Maxime Baptistan lors d'un stage en Colombie. Il travaille alors pour la FAO, l'Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture, et tombe sur un rapport sur le potentiel des insectes pour nourrir les animaux et les hommes. Ce Montois de 27 ans revient en France avec l'envie de monter une entreprise dans ce domaine.

Maxime Baptistan crée donc, avec deux jeunes associés et amis, "Protifly" en décembre 2016. Une entreprise destinée à fabriquer de la nourriture pour poissons à partir de larves de mouches. Les trois entrepreneurs viennent de recevoir une subvention de 150 000 euros de la région Nouvelle-Aquitaine pour développer leur projet. Ils sont à la recherche d'autres sources de financements pour pouvoir ouvrir une usine dans les Landes début 2018. L'usine abriterait un élevage de larves, destinées à être transformées en concentrés de protéines, et donc à servir de nourriture de poissons.

Démarche écolo

Pour convaincre les investisseurs, ils n'hésitent pas à mettre en avant leur démarche écologique : "Aujourd'hui, la plupart des poissons en élevage sont nourris avec de la farine fabriquée à base de poissons pêchés de manière intensive, les ressources marines fondent. Il faut trouver des alternatives moins néfastes pour la planète", explique Maxime Baptistan.

L'usine d'insectes en est une pour le président de Protifly. Surtout que les larves d'insectes sont nourries à partir de déchets : les déchets organiques (jus, feuilles, pelures de fruits et légumes etc.) produits par les usines de surgelés ou des conserveries, et qui sont donc valorisés.

Encore des réticences

Mais si l'idée est bonne, il faut encore dépasser les réticences de certains consommateurs, agro-industriels et acteurs de la grande distribution. "Il faut montrer qu'avec l'espèce de mouche que nous avons choisie, il n'y a aucun risque sanitaire. Et puis qu'au niveau gustatif, il n'y a pas de différence entre nos farines et celles fabriquées à partir de poissons", selon le président de Protifly, Maxime Batpistan.

Pour convaincre les investisseurs, les trois entrepreneurs peuvent s'appuyer sur les tests qu'ils ont effectués pendant dix mois, dans le local de 300 mètres carré à Bougue, près de Mont-de-Marsan. Une ancienne conserverie de canards transformée provisoirement en élevage de larves de mouches.

Maxime Baptistan et ses associés espèrent démarrer la production, pour de vrai cette fois, au mois de février. Ils comptent produire 35 tonnes de larves de mouches par jour.