Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

L'hôtel le Belvédère du Rayon Vert, emblématique de Cerbère, fait peau neuve

-
Par , France Bleu Roussillon

Il a fallu presque cinq ans de travaux pour peindre l'hôtel art déco emblématique de Cerbère : la façade devrait être totalement terminée dans les prochaines semaines. Sur ce bâtiment aux airs de paquebot, ouvert en 1932, les constructeurs avaient à l'époque laissé apparent le béton armé grisâtre.

La façade de l'hôtel Belvédère du Rayon Vert, à Cerbère, doit être entièrement finie pour la fin de l'année
La façade de l'hôtel Belvédère du Rayon Vert, à Cerbère, doit être entièrement finie pour la fin de l'année © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Cerbère, France

Ça fait bientôt cinq ans que les échafaudages ont recouvert successivement chaque partie de l'hôtel Belvédère du Rayon Vert, à Cerbère. Ouvert en 1932, le bâtiment style art-déco, dont l'architecture se rapproche de celle d'un paquebot, est un symbole de la ville. Comme une évocation, encore debout, de l'époque où les voyageurs en train s'arrêtaient pour la nuit à la frontière franco-espagnole.

L'entrée de l'édifice a été refaite à neuf - Radio France
L'entrée de l'édifice a été refaite à neuf © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Une façade à nu abîmée

À l'époque, "je pense qu'ils avaient ouvert la bâtisse un peu précipitamment puisqu'elle n'a jamais été peinte" à l'extérieur explique le propriétaire actuel, Jean-Charles Sin. C'est son arrière grand-père qui l'a faite construire entre 1928 et 1932. Depuis, c'était donc le béton armé à nu, dans les tons grisâtres, qui était visible. "Je l'avais toujours connu comme ça mais c'est bien que le patrimoine revive, c'est mieux", lance Yannick, un Perpignannais. "Ça le met beaucoup plus en valeur d'être en blanc !", acquiesce Chantal.

"Tout s'est abîmé avec les années, les ciments notamment avec la proximité de la mer, précise-t-il. On a tout refait et on peint par-dessus. Il faut faire au moins trois couches, alors ça représente des tonnes de pots de peinture !". Nécessaire, car les lieux avaient l'air presque abandonnés avec cet aspect défraîchi, alors que le deuxième étage a été converti en appart-hôtel.

400.000 euros de travaux

"Il est évident qu'on manque parfois de budget, on a fait la façade en trois étapes", indique Jean-Charles Sin. Comme on finance par nos propres moyens, c'est parfois un peu dur !" Certaines parties de la bâtisse sont rénovées par des mécènes, les entreprises de Perpignan par exemple. Au total, le chantier de la façade a tout de même représenté 400.000 euros.

Il ne reste plus qu'un bout de façade à finir du côté du chemin de fer - Radio France
Il ne reste plus qu'un bout de façade à finir du côté du chemin de fer © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

La municipalité n'accorde pas de subvention financière à proprement parler, "mais quand il y a des grands événements organisés, c'est souvent ici !", lance le propriétaire. Les quelques touristes sur place se sont d'ailleurs arrêtés à Cerbère spécifiquement pour voir l'hôtel.

Prochain chantier à l'intérieur

La façade quasiment finie, c'est une première étape significative. "Il y a un certain contentement et un certain plaisir à voir cette bâtisse plus belle qu'elle n'a jamais été", lance Jean-Charles Sin. Il n'est pourtant pas au bout du chantier : "il reste des choses à faire à l'intérieur, même si c'est moins important en termes de travaux". Il veut conserver le cachet années 30 de l'édifice. Pas question de tout refaire à neuf, "il faut simplement repeindre comme c'était à l'époque", estime-t-il.

Certains aiment les belles voitures, moi, c'est les belles bâtisses !

Dans le grand restaurant, il faudra refaire le crépi du plafond, "sans que ce soit trop net", insiste le passionné. Les quatre peintures laissées en guise de loyer par un artiste désargenté en 1949, encore visibles, pourraient à l'avenir côtoyer les trompe-l’œil qui avaient été peints à l'ouverture de l'hôtel. Effacés au fil des années, Jean-Charles Sin compte les remettre à neuf, avec l'aide des Beaux-Arts de Barcelone, qui ont proposé d'y contribuer.

La salle de restauration est restée telle qu'elle depuis l'ouverture en 1932 - Radio France
La salle de restauration est restée telle qu'elle depuis l'ouverture en 1932 © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait
Choix de la station

France Bleu