Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Le boeuf de Beaune est élevé au raisin et au cassis

jeudi 16 novembre 2017 à 17:02 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

C'est une expérience lancée par la mairie de Beaune à l'occasion de la vente des vins des Hospices : le boeuf de Beaune arrive dans les assiettes de certains grands restaurants. Un boeuf élevé en partie avec du marc de raisin et des baies de cassis.

Antoine et Dominique Guyon ont accepté d'élever deux boeufs pour l'opération " Boeuf de Beaune "
Antoine et Dominique Guyon ont accepté d'élever deux boeufs pour l'opération " Boeuf de Beaune " © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Beaune, France

Le boeuf de Beaune est-il la version bourguignonne du boeuf de Kobe ? Ce boeuf japonais élevé parfois avec des massages, de la musique classique, et de la bière est réputé pour sa viande extrêmement tendre. C'est un peu ce qu'espère faire la mairie de Beaune avec le boeuf de Beaune, sauf que celui-ci a reçu comme compléments alimentaires du marc de raisin et des baies de cassis.

C'est Dominique Guyon, éleveur dans l'Auxois et son fils Antoine qui ont accepté de relever le défi. Ils ont élevés deux boeufs charolais, pendant plus de trois ans, d'abord avec de l'herbe, ensuite avec des céréales qui poussent sur l'exploitation. Ils ont aussi récupéré du marc de raisin chez un distillateur Beaunois et des baies de cassis chez un producteur de Nuits-Saint-Georges.

Douze restaurateurs réputés ont accepté de mettre le boeuf de Beaune à la carte le weekend de la vente des vins des Hospices. Ils ont récupéré chacun un lot d'une soixantaine de kilos de viande, qu'ils ont tiré au sort. La viande n'aura pas forcément un goût de cassis ou de raisin prononcé, mais cette nouvelle alimentation devraient jouer sur le persillé, et sur la qualité de la viande. C'est en tout cas ce qu'espère les éleveurs et les restaurateurs.

Si les clients adoptent ce boeuf de Beaune, l'expérience pourrait-être renouvelée. Mais cette viande qui se veut une viande d'exception ne sera sûrement pas à la portée de toutes les bourses.