Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le cimetière des Saints-Innocents, entre femmes emmurées et avalanches de cadavres

-
Par , , France Bleu

Le cimetière des Saints-Innocents était situé en plein cœur de Paris. Véritable ville dans la ville, il possédait ses propres codes, ses usages et ses habitudes surprenantes. Cette gigantesque nécropole a même subi une avalanche de cadavres.

Au Moyen Âge, les cimetières sont de drôles de lieux. Ils n'ont pas grand-chose de commun avec les cimetières actuels et il n'est pas rare qu'on y fasse la fête. Priscille Lamure est conteuse d’histoires et auteure du livre Dans les oubliettes de l’histoire. 

Interrogée par Sidonie Bonnec sur France Bleu, elle décrit ces lieux médiévaux : 

"_Les cimetières sont des lieux de rendez-vous_, de rencontres. On y a fait du commerce. On y trouve des échoppes, des musiciens et même de la prostitution. C'était tellement le bazar qu'on a dû édicter une loi pour dire que les jongleurs et les musiciens n'avaient pas le droit de venir dans les cimetières."

Les cimetières bénéficiaient du droit d'asile et d'immunité. Quand on était pourchassé par les forces de l'ordre, il suffisait de se réfugier dans un cimetière. Les soldats et les gardes n'avaient pas le droit d'y procéder à des arrestations.

Des femmes emmurées volontaires

Illustration de la cérémonie d'emmurement d'une recluse
Illustration de la cérémonie d'emmurement d'une recluse

Accolé à l'église du cimetière, on trouve le reclusoir. "C'est une petite loge exigüe dans laquelle une recluse choisit de se faire enfermer" précise Priscille Lamure. Elle explique que des femmes pouvaient choisir de s'y faire enfermer par vocation : 

C'est un choix de vivre hors du monde, de vivre dans la solitude et la prière.

Chaque volontaire était emmurée lors d'une cérémonie en présence de l'évêque. Une fois enfermée, elles avaient pour mission de prier pour la ville et ses habitants.

"En échange de ces prières-là, les passants venaient lui apporter des petites victuailles par une fenestrelle qui donnait sur la rue" complète Priscille Lamure.

Les recluses avaient un rôle important dans la cité. À leur mort, elles étaient honorées et de nombreuses candidates se présentaient pour être recluses à leur tour.

Le cimetière des Saints-Innocents

Le cimetière des Saints-Innocents était situé en plein cœur de Paris.

"C'est le plus vaste cimetière de Paris au Moyen Âge. C'est une immense nécropole" raconte Priscille Lamure, auteure du livre Dans les oubliettes de l’histoire, à Sidonie Bonnec sur France Bleu. Elle livre des détails sur l'ampleur du lieu : "C'est un immense terrain vague dans lequel on a creusé de grandes fosses communes qui peuvent être remplies chacune de mille cadavres. On y a rajouté des charniers plus tard tellement le cimetière était peuplé."

Le cimetière a pourtant disparu en 1785. Il est alors saturé de cadavres ce qui pose de nombreux problèmes.

"Un jour, une des parois d'un charnier a cédé et un monceau de cadavres s'est déversé dans le cellier d'un restaurateur d'une rue voisine qui s'est retrouvé, un beau matin, avec des cadavres dans sa cave" détaille Priscille Lamure. 

C'est à cette occasion qu'on a créé les catacombes de Paris et qu'on y a emmené les ossements afin de désengorger le cimetière.

Retrouvez d'autres histoires insolites de Priscille Lamure dans Minute Papillon ! avec Sidonie Bonnec. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess