Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Le Courrier du genou : des Carolomacériens s’écrivent sans se connaître

dimanche 24 juillet 2016 à 13:36 Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne

Depuis le mois de mars, dans des commerces du centre-ville de Charleville-Mézières et à la médiathèque, quatre boîtes aux lettres recueillent les courriers d’anonymes et les réponses qu’on leur adresse. Toute la correspondance est ensuite publiée sur un blog.

Le centre de tri du Courrier du genou
Le centre de tri du Courrier du genou © Radio France - Alexandre Blanc

Charleville-Mézières, France

"Je me disais que j’aimerais bien qu’il y ait des boîtes aux lettres dans la ville qui ne soient pas de la Poste, que des gens postent n’importe quoi, n’importe comment et que cela crée des chaînes", se souvient l’un des deux facteurs cofondateurs du Courrier du genou. Et puis en mars, les paroles se sont transformées en acte. Des boîtes à chaussures, des ciseaux de la colle, de la créativité et voilà quatre boîtes aux lettres fabriquées puis installées au bar la Péniche, chez le disquaire La Plaque Tournante, à la librairie Plume et Bulle et à la médiathèque Voyelles.

Le Courrier du genou, mode d'emploi - Radio France
Le Courrier du genou, mode d'emploi © Radio France - Alexandre Blanc

Comment ça marche ?

Deux choix s’offrent à quiconque veut envoyer un courrier : écrire sa propre lettre ou répondre à une lettre déjà postée. Le courrier en attente de réponse se trouve dans la partie supérieure de chaque boîte aux lettres, il suffit de se servir.

Que l’on initie une conversation ou qu’on en alimente une déjà entamée, il y a des consignes à respecter. Se choisir un pseudonyme ("car la pudeur freine certaines personnes", explique l’un des facteurs du genou), bien indiquer la date, l’heure et le pseudonyme de la personne à qui l’on répond. Ces renseignements permettent aux facteurs de reconstituer les conversations chronologiquement.

Dès fois, on se dit que la conversation va partir dans telle ou telle direction et pas du tout. Les gens s'emparent du truc et font complètement autre chose. C'est génial de voir que ça nous échappe" - un facteur du genou

Salut mec - Aucun(e)
Salut mec - Courrier du Genou

Quand tout est terminé, on poste sa prose dans la fente du haut où un prochain visiteur pourra à son tour y répondre. Le courrier auquel on a répondu atterrit dans la fente du bas, celle que relèvent chaque semaine les facteurs du genou.

La tournée du facteur

Les facteurs du genou consacrent une demi-journée par semaine à la levée des boîtes aux lettres. Leur principale préoccupation les jours de tournée, c’est de ne pas se faire repérer car les deux postiers tiennent à préserver leur anonymat. "Comme ça il n’y a pas d’entrave même pour ceux que l’on connaît et qui sauraient que l’on va tout lire", estime un facteur du genou.

Alors qui se cache derrière le Courrier du Genou ? La question anime Charleville-Mézières. "On a des copains qui sont soupçonnés à notre place", s’amuse l’un des deux fondateurs.

Une boîte aux lettres du Courrier du genou - Radio France
Une boîte aux lettres du Courrier du genou © Radio France - Alexandre Blanc

Seuls les gérants des établissements disposant d’une boîte aux lettres, détenteurs des clés, connaissent la véritable identité des facteurs du genou. Lorsqu’une connaissance se trouve à proximité, le patron est averti d’un écarquillement des yeux ou d’une mot de passe ("On vient changer la couche") et la remise des clés se fait sans mot dire.

Après la tournée, direction le centre de tri, improvisé dans l’appartement de l’un des deux facteurs. Un scanner, un ordinateur, une connexion internet et un classeur pour archiver tous les courriers. Qu’elles soient écrites sur du papier, des sous-bocks, des serviettes en papier ou des tracts publicitaires, toutes les lettres sont numérisées et publiées sur le blog du Courrier du genou.

Pour toi, cette lettre - Aucun(e)
Pour toi, cette lettre - Courrier du Genou
Hey Pétasse - Aucun(e)
Hey Pétasse - Courrier du Genou

120 courriers se sont échangés en moins de quatre mois. On y lit de l’absurde, de la poésie, des confidences, des conseils de lecture, des délires alcoolisés… "Ca crée une sorte de lien mais qui n’est pas du lien. Tu ne t’engages pas puisque tu es anonyme !", s'amuse un facteur devant les lettres. "On trouve des invitations à aller boire un coup, à un barbecue mais ça ne t’engage à rien !"

Les relations nouées à travers le Courrier du genou restent épistolaires mais pourraient prochainement déborder dans la vie réelle. « La dernière fois, quelqu’un a laissé son numéro de téléphone », note l'un des initateurs du projet.

L’invention carolomacérienne suscite la curiosité. De nouvelles boîtes vont apparaître à Charleville-Mézières et le Courrier du Genou pourrait s’exporter dans d’autres villes. Des internautes lillois ont pris contact avec les facteurs carolomacériens pour lancer un réseau similaire dans la capitale des Hauts-de-France

Chère Cathy - Aucun(e)
Chère Cathy - Courrier du Genou