Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

Le dernier poilu mort au combat le 11 novembre 1918 était-il breton ?

mercredi 7 novembre 2018 à 19:18 Par Johan Moison, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Champagne-Ardenne

Le dernier poilu mort au combat lors de la première guerre mondiale était peut-être breton. Auguste Renault, un jeune soldat de Saint-Trimoël dans les Côtes d'Armor aurait été tué deux minutes avant le Cessez-le-feu du 11 novembre 1918.

René Richard, président de l'association "Bretagne 14-18" devant la fiche militaire d'Auguste Renault, jeune soldat breton mort deux minutes avant le Cessez-le-feu de 1918.
René Richard, président de l'association "Bretagne 14-18" devant la fiche militaire d'Auguste Renault, jeune soldat breton mort deux minutes avant le Cessez-le-feu de 1918. © Radio France - Johan Moison

Saint-Trimoël, France

Dans les livres d'Histoire pourtant, c'est un autre Auguste, Augustin Trébuchon qui est présenté comme le dernier soldat mort au combat. Tué d'une balle dans la tête dans les Ardennes le 11 novembre 1918 entre 10h45 et 10h55 (selon les sources) quelques minutes seulement avant le Cessez-le-feu fixé à 11h. Le Premier ministre Edouard Philippe a présidé une cérémonie en son hommage le 26 octobre dernier. En réalité il y a un doute... 

Un petit paysan breton breton mort à 20 ans deux minutes avant le Cessz-le-feu

Le président de l'association "Bretagne 14-18", René Richard, a en effet découvert dans les chroniques d'un instituteur de la petite commune de Saint-Trimoël dans les Côtes d'Armor, un soldat breton mort deux minutes avant l'heure du Cessez-le-feu. 

Sur sa fiche de militaire, je découvre "mort le 11 novembre 1918 à 10h58", j'ai sursauté ! 

Et l'acte de décès indique la même heure en toutes lettres.  "Il serait tué par un obus français sur le territoire belge".

Auguste Renault est enterré en Belgique mais son nom figure sur le monument aux morts érigé devant l'église de Saint-Trimoël. - Radio France
Auguste Renault est enterré en Belgique mais son nom figure sur le monument aux morts érigé devant l'église de Saint-Trimoël. © Radio France - Johan Moison

Auguste Renault, petit paysan breton âgé de 20 ans, serait donc le dernier mort de la première guerre mondiale. René Richard refuse de l'affirmer catégoriquement.  "Le 11 novembre 1918 a été tellement troublé qu'il y a certainement des faits qui nous échappent et pour nous Auguste Renault n'a hélas pas plus d'importance que les 8 millions d'européens qui sont restés sur le terrain de la guerre".