Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Le projet d'un refuge pour fauves à Trets fait polémique

lundi 24 juillet 2017 à 6:00 Par David Aussillou, France Bleu Provence et France Bleu

Une ancienne dompteuse veut accueillir des tigres et des lions en pleine campagne prés d'Aix-en-Provence. Cinq fauves occupent déjà un enclos. Le maire de la commune n'y est pas favorable.

Deux tigres et trois lions vivent dans un enclos provisoire à Trets
Deux tigres et trois lions vivent dans un enclos provisoire à Trets © Radio France - Sandrine Le Bris

Trets, France

Sandrine Le Bris a dressé des lions, des tigres et autres animaux féroces dans un cirque pendant 27 ans. Elle veut maintenant se poser à l'ombre de la montagne Sainte Victoire et y créer une maison de retraite pour des fauves en fin de carrière.

"Beaucoup d'animaux n'ont aucun endroit pour finir leur vie, dit-elle. Quand ils sont trop vieux pour travailler, on doit s'en occuper. Les zoos sont complets. Et quand on les envoie dans des réserves en Afrique, ils se font tuer par des braconniers". Sandrine préférerait donc les accueillir sur le terrain d'un ami, déjà éleveur de chevaux à Trets. Tous les deux ont déposé un permis de construire pour un bâtiment de 450 mètres carrés. 22 animaux pourraient y vivre.

Les rugissements des lions accusés de perturber les autres animaux

Le maire de la commune n'est pas favorable à ce projet. En février dernier, Jean-Claude Féraud avait déjà interdit l'installation d'animaux sauvages. Son arrêté a été jugé non conforme par le Sous Préfet. Le nouveau texte signé le 2 juin dernier limite l'accueil des fauves sur des terres agricoles à la première semaine de chaque mois. "Le soir, beaucoup de gosses vont se promener sur ces chemins. Au début, ils ont été inquiets", explique le maire de Trets qui estime dans son arrêté municipal que "les rugissements de lions peuvent troubler le cycle biologique de certains animaux d'élevage".

Simba le lion âgé de 11 ans - Radio France
Simba le lion âgé de 11 ans © Radio France - David Aussillou

La peur du feu pour les fauves

Un argument qui fait sourire la dompteuse de Trets. "Les lions ne font que du bruit au crépuscule et de temps en temps dans la journée" explique Sandrine le Bris qui refuse d'aller installer son refuge sur une zone naturelle : "Et s'il y a le feu ? Je fais comment ? Personne ne voudra venir m'aider pour évacuer mes fauves". En attendant l'instruction de sa demande de permis de construire, trois lions et deux tigres vivent dans un enclos provisoire et un semi-remorque.