Insolite

Le PSG n'a pas apprécié l'utilisation de son maillot par la chanteuse M.I.A

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris Région et France Bleu lundi 11 janvier 2016 à 17:23

La chanteuse M.I.A s'était réappropriée le maillot du PSG dans un clip
La chanteuse M.I.A s'était réappropriée le maillot du PSG dans un clip

Le Paris-Saint-Germain n'a que très peu apprécié le clip de la chanson "Borders" de M.I.A. Dans un courrier adressé à la chanteuse, le club de football parisien lui demande le retrait de la vidéo dans les 24 heures. M.I.A y apparaît avec un maillot détourné du PSG.

Le Paris-Saint-Germain n'exclut pas une démarche en justice "pour préjudice économique et d'image". Le club de football parisien n'a pas du tout apprécié le clip de la chanson "Borders" réalisé par M.I.A. Dans la vidéo qui circule sur internet depuis novembre 2015 et mettant en scène le parcours des migrants en Méditerranée, la chanteuse y apparaît avec un maillot détourné du PSG avec l'inscription "Fly Pirates" au lieu de "Fly Emirates". Dans un courrier daté du 14 décembre dernier, Jean-Claude Blanc, le directeur général du PSG, lui demande le retrait du clip sous 24 heures. "En nous causant un préjudice d'image, vous avez indûment pris avantage de la considérable réputation de notre club" écrit-il, ajoutant "nous nous réservons le droit de rechercher les moyens judiciaires disponibles pour réparer le préjudice déjà subi et à venir, et nous nous réservons le droit d'entamer toute procédure, y compris judiciaire, si besoin, pour défendre nos intérêts". La réponse de la chanteuse, ce lundi, a été de publier une photo extraite du clip sur son compte twitter.

L'image circule depuis en boucle sur les réseaux sociaux

M.I.A qui, en guise de protestation, a également publié l'intégralité de la lettre du Paris-Saint-Germain. Lettre dans laquelle Jean-Claude Blanc explique la démarche du club : "nous considérons que l'utilisation de notre marque et image dans un clip dénonçant le traitement des réfugiés est une source de discrédit pour notre club et fausse notre politique de communication publique".

Le clip-vidéo de la discorde