Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Le rocher aux inscriptions mystérieuses à Plougastel commence à livrer ses secrets

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Des inscriptions "très probablement" en breton : c'est ce qui ressort de la soixantaine de traductions proposées suite à l'appel aux contributions de la mairie de Plougastel-Daoulas, pour traduire le message gravé sur un rocher situé sur la grève. Elle a reçu des dossiers du monde entier.

Les inscriptions sur le rocher de Plougastel ont été traduites par une soixantaine de personnes
Les inscriptions sur le rocher de Plougastel ont été traduites par une soixantaine de personnes

Le sens des mystérieuses inscriptions gravées sur un rocher d'1,70m à Plougastel-Daoulas (Finistère) sera-t-il bientôt connu ? Après plusieurs mois d'appels à contribution, la mairie devrait dévoiler dans le mois qui vient, la traduction jugée la plus pertinente. 61 personnes des quatre coins du monde ont tenté leur chance pour empocher la récompense de 2.000 euros offerte par la commune.

Des traducteurs thaïlandais et norvégiens

Près de 600 personnes se sont manifestées pour participer au concours lancé par la mairie au printemps 2019. "Nous avons envoyé à chacun plusieurs photos du rocher, nous avons eu ensuite _61 retours avec des propositions de traductions_, explique Véronique Martin, chargée de mission du patrimoine à Plougastel-Daoulas. Les dossiers font de 3 à 80 pages, et les propositions sont assez variées."

Si une majorité d'apprentis traducteurs est française, certains dossiers ont été envoyés "par _des gens de Thaïlande, Roumanie, des Etats-Unis, de Norvège, ou d'Espagne_". "Certains pensent que les inscriptions sont un langage codé voire des runes, ils sont remontés jusqu'au 12ème siècle !", précise Véronique Martin. Les dates gravées sur la pierre (1786 et 1789) sont pourtant bien postérieures.

Des écritures en breton ?

"On a majoritairement des traductions en breton, il s'agit vraisemblablement de ça, estime Véronique Martin. C'est _dans une forme phonétique_, de l'oral retranscrit, donc la forme d'écriture n'est pas celle que l'on utilise aujourd'hui." Si certains ont tenté une traduction complète, d'autres candidats estiment qu'il y a des abréviations et lettres manquantes : ils ont donc reconstitué les mots. 

"On a même eu des gens ne parlant pas la langue qui nous ont proposé des traductions en breton après avoir fait des recherches avec de vieux dictionnaires ! lance la chargée de mission. Ils sont bons, puisque c'est _assez proche de celles envoyées par des bretonnants._" 

Les traductions sont variées, mais "certains parlent surtout de mort et de naufrage, d'autres des noms de famille écrits comme sur une stèle", explique Valérie Martin. La ou les versions qui seront jugées les plus pertinentes par un jury d'élus et d'historiens devraient être dévoilées d'ici un mois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu