Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Le succès d’une marque de crème solaire berrichonne, des pharmacies alpines aux Jeux olympiques de Sotchi et de Rio

-
Par , France Bleu Berry

La marque 8882 a été créée en 1969 et domiciliée à Levroux, dans l’Indre. En 45 ans, elle a acquis une grande reconnaissance dans le milieu olympique. C’est la "success story" de la "tortue", le surnom de la marque.

Des tubes de crèmes de la marque 8882 dans une pharmacie des Deux Alpes, en Isère
Des tubes de crèmes de la marque 8882 dans une pharmacie des Deux Alpes, en Isère © Radio France - Marie-Audrey Lavaud

Levroux, France

Discrète sur la scène commerciale, mais renommée dans le monde de ceux qui prennent le soleil, à haute dose et à haute intensité, les crèmes solaires de la marque 8882 sont dans tous les sacs à dos et dans toutes les trousses à pharmacie, des expéditions sur le Mont Everest et sur le Mont Blanc, aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014 et à ceux de Rio pendant l’été 2016.

L’astuce c’est la qualité. Il faut mettre ce qu’il faut dedans la crème, mais je ne vais pas vous donner tous mes secrets." – Micheline Bosserelle, créatrice de la marque 8882

La marque à la cote dans les montagnes

Micheline Bosserelle a créé 8882 en 1969. "8882, c’était l’altitude de l’Everest en 1969, à l’époque on n’avait pas les satellites pour mesurer les montagnes", explique-t-elle.

Elle a cessé de faire des parfums pour ouvrir le Laboratoire Juvex, dans l’idée au départ de faire des crèmes solaires pour la plage. Mais des amis montagnards lui ont dit que, là-haut, aucune crème solaire ne les protégeait assez bien. (A l’époque, la gamme n’était pas aussi large qu’aujourd’hui.) La nouvelle PDG lança alors ses premières études expérimentales, réalisées en très haute altitude au Mont Blanc et sur le Pic du Midi.

Le soleil est beaucoup plus dangereux parce qu’il y a un phénomène de réflexion. D’ailleurs c’est évident qu’un alpiniste qui est à 7.000 mètres de hauteur, accroché à son piolet, il a d’autres préoccupations que de se dire "il y a deux heures que je n’ai pas mis de crème, il faut que je m’en remette". Donc il faut que ça le protège toute la journée. – Micheline Bosserelle, PDG de Pharmaltitude SAS

Une marque berrichonne… introuvable dans le Berry

La parisienne a cherché un lieu assez grand, à un prix dans ses moyens, à 250 kilomètres de Paris, et la rapprochant de la mer et de la montagne.

J’ai pris un compas, j’ai tracé un cercle autour de Paris, et je suis tombée là, je suis tombée amoureuse du Berry. – Micheline Bosserelle, créatrice de la marque 8882

Mais dans le Berry, on ne trouve ses crèmes nulle part. Nul besoin ici d'une protection solaire aussi forte. D'ailleurs, la marque reste assez confidentielle en France. Elle n'est en vente que dans une cinquantaine de pharmacies, en montagne ou en bord de mer et d’océan. Certains crèmes sont aussi destinées aux personnes ayant reçu une chirurgie plastique récemment et qui ne peuvent pas s'exposer au soleil. On trouve aussi la marque en Asie et en Afrique avec des crèmes qui bloquent les rayons du soleil, pour ceux qui ne veulent pas bronzer, comme "au Japon où des femmes aiment rester bien blanches".

Une marque sauvée par sa créatrice

La "success story" dure depuis 45 ans, mais elle a failli s’arrêter en 2011. Micheline Bosserelle a racheté sa société après l’avoir vendue à un homme basé à Mulhouse en 1998, "une personne qui n’a pas été très sérieuse, qui a pompé la marque pendant treize ans pour finalement l’amener à la liquidation judiciaire", s’agace-t-elle.

Il n’y a pas très longtemps, j’ai racheté mon bébé, et puis on recommence. – Micheline Bosserelle, la PDG de Pharmaltitude SAS

En 2017, sa société n’a que trois salariés, dont elle, et vend ses produits à des clients fidèles. Les crèmes sont fabriquées à Versailles en attendant de revenir à Levroux, où l’ancien laboratoire est en train d’être rénové. La PDG cherche un partenaire pharmaceutique qui l’aiderait à trouver de nouveaux clients, peut-être à faire un peu de publicité, et à s’agrandir pour augmenter son chiffre d’affaires (250.000 euros annuels aujourd’hui).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu