Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

"Lecture, musique, je me fais plaisir" : le Girondin Jean-Jacques Savin entame sa traversée de l'Atlantique en tonneau

jeudi 27 décembre 2018 à 18:57 Par Camille Huppenoire, France Bleu Gironde et France Bleu

Il a quitté les Canaries avec un jour de retard, ce mercredi. Joint par France Bleu Gironde au lendemain de sa première nuit dans son tonneau, Jean-Jacques Savin ne réalisait pas encore l'incroyable aventure dans laquelle il s'est lancée, et qui devrait, si tout va bien, durer trois mois.

Le tonneau de l'Atlantique lors d'essais, en octobre 2018.
Le tonneau de l'Atlantique lors d'essais, en octobre 2018. - Jean-Jacques Savin / TESA

Bordeaux, France

Ce mercredi midi, Jean-Jacques Savin s'est lancé : dans son tonneau, au gré des courants, il veut rallier les Caraïbes dans un délai de trois mois...et prouver la théorie établie par Alain Bombard en 1952. Après avoir traversé l'Atlantique dans un radeau pneumatique, le médecin-aventurier avait déclaré qu'il était possible de faire une transat sans moteur, sans voile et même sans pagaie ! A 71 ans, l'aventurier d'Arès relève le pari. Très occupé avec l'aménagement de son tonneau et l'observation du comportement de sa capsule sur l'eau, il ne pense pas encore à l'ampleur du défi...et ne le réalisera, dit-il, sûrement qu'à l'arrivée !

Je dors comme un bébé" - Jean-Jacques Savin

Les Caraïbes, sa destination, sont encore très loin pour Jean-Jacques Savin. Quand France Bleu Gironde l'a joint ce jeudi midi, vingt-quatre heures après son départ, il voyait encore l'île de El Hierro aux Canaries, d'où il a largué les amarres. Sur une liaison téléphonique grésillante mais encore bonne, grâce à sa proximité avec la terre, il raconte ses premières heures dans son tonneau : pastilles pour enrayer le mal de mer, et de longues heures à dormir. Car l'excitation du départ l'a fatigué, "et quand je commence à être en manque de sommeil, je dors n'importe où (...) je dors comme un bébé !"

Jean-Jacques Savin : "Mon tonneau se comporte très bien sur l'eau"

"J'ai un temps idéal pour m'acclimater" continue Jean-Jacques Savin. La météo est clémente, la mer peu agitée : il peut sortir à l'air libre et aménager tranquillement son tonneau. Au dernier moment, il a embarqué des filets, pour attacher ses affaires et éviter qu'elles ne volent en tous sens en cas de tempête. "Qu'il n'y ait pas une casserole qui aille percuter la bulle, la casse, la fêle...ou un hublot, ou moi-même !" Jean-Jacques Savin le sait, son petit tonneau se retournera sûrement s'il rencontre de grosses vagues. Cela n'inquiète pas l'aventurier, qui a tout prévu : "Il ne sera pas question d'écrire, j'utiliserai le dictaphone pour enregistrer mes émotions, et je m'attacherai à mon lit."

Musique, Sauternes et foie gras au menu du réveillon

Quand le temps sera plus calme, Jean Jacques Savin pêchera à l'air libre, écrira son journal de bord ou jouera avec son amie fidèle, la mandoline. "Je ne suis pas très doué mais je me fais plaisir" s'amuse-t-il. Et il compte aussi se faire plaisir au Nouvel An, dans l'assiette cette fois. Pas de petites bulles, mais quelques réserves spéciales tout de même : Sauternes, foie gras et peut-être le produit de sa pêche. Il espère ne pas apercevoir une seule terre à l'horizon le 31 décembre, pour se sentir totalement libre.