Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Le Tourneur : une cagnotte pour sauver le moulin sans toit

dimanche 20 janvier 2019 à 7:22 Par Marianne Yotis, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Mi-janvier, dans la commune de Le Tourneur (Calvados), l'association les amis du moulin de la Flagère a lancé une cagnotte sur le site Datartagnans pour reconstruire le toit de ce moulin qui date du XIème siècle et préserver ce patrimoine.

L'association "les amis du moulin de la Flagère" cherche à préserver et faire connaître le moulin de la Flagère depuis 2009
L'association "les amis du moulin de la Flagère" cherche à préserver et faire connaître le moulin de la Flagère depuis 2009 © Radio France - Marianne Yotis

Le Tourneur, France

"Moulin recherche toiture, voir plus si affinités", c'est sous cet intitulé que les membres de l'association les amis du moulin de la Flagère ont débuté leur cagnotte pour préserver ce moulin isolé de l'oubli. Un édifice qui a bien des choses à raconter... 

Une histoire à préserver

C'est un clan Danois arrivé sur la commune de Le Tourneur qui a construit ce moulin au onzième siècle "on en a la certitude puisqu'on a retrouvé des traces dans la commune notamment une hache viking exposée au château de Caen", raconte Alain Ballon, le président de l'association. 

Une longue histoire est inscrite dans les pierres du moulin. La plupart a disparu mais certaines ont pu être conservées et remontées.  - Radio France
Une longue histoire est inscrite dans les pierres du moulin. La plupart a disparu mais certaines ont pu être conservées et remontées. © Radio France - Marianne Yotis

En 1140, Robert de Trois-Mont offre le moulin aux templiers de la commanderie de Courval avant de partir en croisade. "On a même une copie de l'acte original" précise t'il. 

Au Moyen-Age, l'histoire du moulin a été très fortement liée à celle de Templiers comme le témoigne cette pierre portant leur emblème.  - Radio France
Au Moyen-Age, l'histoire du moulin a été très fortement liée à celle de Templiers comme le témoigne cette pierre portant leur emblème. © Radio France - Marianne Yotis

L'histoire de l'édifice est, par la suite, plus chaotique. Le moulin est endommagé lors de la guerre de Cent ans. La propriété est incertaine pendant plusieurs siècles. "A l'époque, les gens allaient souvent au tribunal pour réclamer ou contester une propriété" nous informe Alain Ballon. 

Le président a tout de même réussi à récupérer des documents d'archives comme cet acte notarié. Un parchemin datant de 1670 sur la transmission du moulin aux héritiers de monsieur d’Aigremont. Il a transcrit tous les documents lui-même pour comprendre son histoire et la faire partager aux curieux. 

Alain Ballon a récupéré un grand nombre de documents d'archives concernant le moulin qu'il a analysé pour retracer l'histoire.  - Radio France
Alain Ballon a récupéré un grand nombre de documents d'archives concernant le moulin qu'il a analysé pour retracer l'histoire. © Radio France - Marianne Yotis

Et même au XXème siècle, on continue de parler de la bâtisse. Alain Ballon a d'ailleurs une anecdote à raconter à ce sujet. "Lors des événements de la Seconde Guerre mondiale, mon beau-père et deux de mes belles sœurs vivaient dans le moulin, un soir il a entendu un bruit et il est descendu voir, c'était des éclaireurs anglais et écossais qui s’abritaient au lever du jour pour éviter les soldats allemands qui étaient à quelques centaines de mètres".

Les soldats sont restés pendant une semaine dans la cave du moulin avant que les troupes allemandes n'arrivent. 

"Lorsque mon beau-père m'a raconté cette histoire, il avait les larmes aux yeux car tous ces jeunes qui s'étaient cachés, tous sont revenus morts et ont été laissés dans la cave du moulin", ajoute-t'il. 

Une grande entreprise pour rénover le moulin

Lorsque Alain Ballon a racheté le moulin en 2009, il ne restait plus qu'un tas de pierres qu'un entrepreneur voulait récupérer. 

Depuis les premières opérations de déblayage, les deux meules (rares éléments du moulin préservés) ont été sorties et exposées quelques mètres plus loin.  - Radio France
Depuis les premières opérations de déblayage, les deux meules (rares éléments du moulin préservés) ont été sorties et exposées quelques mètres plus loin. © Radio France - Marianne Yotis

L'association entreprend alors de remonter le mur, c'est chose faite en 2015. Pendant 4 mois, Nicolas Mazé, spécialiste de la remonte de murs anciens a remonté le mur à l'ancienne. Un gros travail de tri, de nettoyage et de pose de pierres une à une. 

"L'inquiétude maintenant c'est que, si le moulin n'est pas couvert, la nature reprenne rapidement ses droits, avec une charpente et une couverture il sera protégé", affirme Alain Ballon. 

Après avoir été contactés par la plateforme Dartagnans, spécialisée dans la collecte de fonds pour la restauration du patrimoine, les 27 membres de l'association ont décidé de lancer la cagnotte pour réaliser leur projet. 

Il faudra pourtant récolter beaucoup de fonds pour achever les travaux il faut compter 10 000 euros pour la charpente et 15 000 euros pour la couverture. 

Les fondations sont posées mais il faut construire une charpente et un toit pour éviter que l'édifice ne se dégrade.  - Radio France
Les fondations sont posées mais il faut construire une charpente et un toit pour éviter que l'édifice ne se dégrade. © Radio France - Marianne Yotis

Des acteurs publics soutiennent le projet: le Conseil Général s'est engagé à verser à l'association 30% du montant de la charpente "dès que celle-ci sera posée" et la Fondation  du Patrimoine 1200 euros après la pose du toit. Des sommes qui permettront aux Amis du moulin de la Flagère d'envisager de plus gros travaux comme la pose de joints. 

"Ce qui nous importe le plus c'est sa protection et sa pérennité, qu'on ait pas tous travaillé pour que ça ne serve à rien. Donc je fais appel à tous les amoureux du patrimoine de Normandie pour essayer de nous aider", conclue le président de l'association.