Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Les distributeurs à comté se multiplient dans la région

-
Par , France Bleu Besançon

En Franche-Comté de plus en plus en plus de fruitières vendent désormais leurs produits via des distributeurs à comté. Le dernier a fait son apparition le 8 août à la fruitière de Valdahon.

Dernier né des distributeurs à comté, celui de la Fruitière des villages réunis à Valdahon, qui a été installé le 8 août.
Dernier né des distributeurs à comté, celui de la Fruitière des villages réunis à Valdahon, qui a été installé le 8 août. © Radio France - Dimitri Imbert

Valdahon, France

Ils se multiplient comme des petits pains dans la région : les distributeurs à comté. Le dernier a fait son apparition le 8 août à Valdahon devant la Fruitière des villages réunis. Pour les producteurs, ces appareils sont l'assurance de pouvoir proposer à leurs clients du fromage 24h sur 24, moyennant tout de même le prix de location et d'entretien des appareils.

Un investissement de 20.000 euros

Certaines fromageries n'ont pas hésité à investir. C'est le cas de la fruitière de Bremondans près de Vercel dans le Doubs. En décembre 2017 la coopérative a dépensé 20.000 euros pour l'achat de son distributeur qui propose en permanence "du doux du fruité du vieux de la vieille réserve 24 mois et du prestige en 36 mois, détaille Patrice Faivre producteur de lait à comté à Villers-la-Combe. 

"Les prix en distributeur sont les mêmes que ceux de la fruitière", expliquent Patrice Faivre et Fabien Colin, tous deux producteurs de laité à comté pour la fruitière de Bremondans. - Radio France
"Les prix en distributeur sont les mêmes que ceux de la fruitière", expliquent Patrice Faivre et Fabien Colin, tous deux producteurs de laité à comté pour la fruitière de Bremondans. © Radio France - Dimitri Imbert

L'installation de l'appareil a vite été rentabilisée : il rapporte aujourd'hui entre 3 et 4000 euros par mois, comme par exemple le distributeur de la fruitière de Doubs près de Pontarlier. C'est le même pari qui a poussé la Fruitière des villages réunis de Valdahon à acheter un distributeur du même modèle, qui a également été installé dans la commune des Fins.

Certains achètent leur comté à 5h du matin" - Fabien Colin, producteur à Belmont

Alors comment expliquer le succès de ces distributeurs à comté dans la région ? "Les modes de consommation ont énormément évolué, estime Fabien Colin, producteur de lait à Belmont. Tout le monde veut tout, tout de suite, maintenant. Nos fromages restent traditionnels, mais on essaye de s'adapter. _Certains consommateurs nous achètent du fromage à 5h du matin_, cela peut paraître bizarre, mais c'est comme ça". Seul inconvénient recensé pour l'instant, les clients qui oublient régulièrement de refermer les casiers contenant le comté.

Seul inconvénient pour le distributeur, les clients oublient souvent de refermer les casiers à comté. - Radio France
Seul inconvénient pour le distributeur, les clients oublient souvent de refermer les casiers à comté. © Radio France - Dimitri Imbert

Des problèmes de maintenance

Pour autant, tous les distributeurs à comté n'ont pas le même succès. C'est le cas par exemple des appareils de Mouthier-Hautepierre, Vuillafans et Lavans-Vuillafans dans la vallée de la Loue. La fruitière de Lavans-Vuillafans visait un gain de 3000 euros par mois, elle arrive péniblement à la moitié et se voit de surcroît régulièrement confrontée à des problèmes de maintenance. Du coup les producteurs ne pensent pas prolonger l'expérience au delà du contrat de location de l'appareil qui s'achève en janvier prochain.