Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "C’est l’ubérisation, on leur livre le vaccin sur leur lieu de loisir"

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

A l’entrée du cinéma de banlieue, un centre de vaccination éphémère avec des piqûres jusqu’à 21H : une formule pour tenter de séduire les jeunes. Une ubérisation de la vaccination avec des doses livrées sur le lieu de loisir sans rendez-vous.

Vaccination au cinéma pour tenter de séduire les jeunes.
Vaccination au cinéma pour tenter de séduire les jeunes. © Radio France - Thierry colin

« Les jeunes, on leur livre le vaccin sur leur lieu de loisir, c’est un peu l’ubérisation de la vaccination» commente un des soignants qui accueillent sans rendez-vous à l’entrée du cinéma de la banlieue de Nancy à Ludres dans un hall climatisé.

Une affiche de James Bond - armé d'une seringue - fait office de paravent de discrétion et les vaccins sont administrés en continu juqu'à 21H ce samedi et jusqu'à 18H ce dimanche 27 juin, jour d'élection.

on vaccineen 16 neuvième !

La médecin généraliste Sylvie Rossignon, discute avec les candidats à la vaccination sous l’œil de James Bond, mais cette externalisation de la piqûre permet surtout de toucher les jeunes : « Il y a effectivement des gens qui soit ont peur d'être vaccinés, soit n'aiment pas attendre, soit sortent très tard du travail. Donc on essaye vraiment d'adapter les horaires et les méthodes de vaccination. 

les vaccins ont sauvé la vie de millions de gens

"Toutes les personnes âgées qui ont connu l’époque avant la polio et après le vaccin savent très bien de quoi on parle quand on dit que les vaccins ont sauvé la vie de millions de gens. Les jeunes, ils ont tous été vaccinés, ils ne se rendent pas compte, mais le vaccin a transformé énormément la vie des gens».

Entre Dupontel et Tom et Jerry

Un centre de vaccination le temps d’un week-end qui fait parler avant un Dupontel ou après un Tom et Jerry : «Dans un cinéma, surtout sans rendez-vous, c'est pratique» assure une cinéphile pressée, «les jeunes ils n'ont pas forcément envie de se déplacer» commente Marie, étudiante en médecine qui vient prendre sa première dose de Pfizer. D’autres jeunes sont beaucoup plus septiques : «Juste avant de voyager, je le ferai peut-être mais sinon, non» confie ce cinéphile et son amie acquiesce : «Pareil, j’ai pas trop envie pour l'instant». 

D’autres on déjà leurs deux doses et saluent l'initiative : «Mon mari soignant a été réquisitionné plusieurs fois en réanimation Covid, ça a été difficile à vivre et j'ai du mal à comprendre les gens qui ne vont pas se faire vacciner»

les jeunes, il faut leur apporter le vaccin, leur livrer

Olivier Babel, l’un des soignants mobilisés, estime qu’il est important de cibler les jeunes : «c'est une question de génération, les jeunes, il faut leur apporter le vaccin, leur livrer. On ne désemplit pas mais c'est linéaire et ça nous laisse le temps parce que finalement, sans rendez-vous, c'est moins confortable parce qu'il faut créer le fichier patient dans Doctolib, ça prend plus de temps, mais les gens sont compréhensifs et ça se passe bien». 

Plus de 500 doses devraient être écoulées en un week-end pour une vaccination jusqu’à 21H samedi soir et qui se poursuit ce dimanche 27 juin jusqu’à 18H.

Ecoutez Sylvie Rossignon.

Le directeur du cinéma n’exclut pas de renouveler l’opération un autre week-end dans le hall climatisé de son complexe, une «action citoyenne qui va de soi» confie Alexis Fauchez, qui voit les gens revenir plus nombreux dans ses salles qu’il y a un an. Le directeur de l’UGC de Nancy et de Ludres qui a montré l’exemple en se faisant vacciner sous l’œil vigilant de OO7.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess