Insolite

[ARCHIVES] Les Pyrénées-Atlantiques ont une nouvelle doyenne

Par Fanette Hourt, France Bleu Béarn et France Bleu Pays Basque jeudi 29 octobre 2015 à 6:00 Mis à jour le mercredi 8 novembre 2017 à 10:30

Marie-Louise Clouté a 107 ans
Marie-Louise Clouté a 107 ans © Radio France - Fanette Hourt

A 107 ans, Marie-Louise Clouté devient la nouvelle doyenne du département.

MISE À JOUR : Marie-Louise Clouté est décédée ce mardi 7 novembre 2017. France Bleu Béarn présente ses condoléances à ses proches.

Elle a le regard pétillant et le rire facile. Marie-Louise Clouté a beau avoir un âge à trois chiffres, elle n'est pas sénile pour autant. Bien sûr, le temps a fait son affaire. Elle a du mal à se déplacer, sa vue baisse et elle ne peut plus faire face au quotidien toute seule. Mais cela ne fait que trois ans qu'elle a besoin d'aide, et elle vit toujours dans sa maison à Cosleda à-Lube-Boast, en Béarn. La même demeure qu'elle a connue il y a plus de 80 ans, lorsqu'elle s'est mariée, et qu'elle a emménagé dans le foyer de son époux.

Sa prédécesseure sur le trône de doyenne des Pyrénées-Atlantiques n'a pas eu cette chance. Jusqu'au dimanche 25 octobre, Clémence Eggly était la plus âgée du département. Elle s'est éteinte à 107 ans dans la maison de retraite de Luy-de-Béarn.

"Elle a la santé"

L'adage de Jacques Brel, qui veut que "les vieux ne parlent pas", n'a pas cours chez Marie-Louise Clouté. "La tête et la langue, c'est tout ce que j'ai de bon encore", dit-elle en souriant avec malice. Mais malgré ce qu'elle dit, malgré ce qu'elle subit, malgré cet engourdissement qui la ralentit et qui l'agace, cette dame fière est en forme.

A 107 ans, on peut dire que Marie-Louise Clouté est en forme.

"Elle a la santé. C'est grâce à ça qu'elle est encore là, il faut le dire. Et puis, elle a le caractère. Ça la fait tenir", raconte l'une de ses filles, Georgette, âgée elle de 72 ans. Une anecdote parmi d'autres illustre cette vigueur : il y a encore un an, en tant que sonneuse attitrée du village, elle se rendait tous les jours à pied à l'église pour faire sonner les cloches à midi pile.

107 ans et plusieurs vies

Après plus d'un siècle d'existence, Marie-Louise Clouté a connu deux guerres, une révolution sexuelle, un bouleversement technologique. Elle a eu huit enfants, vingt petit-enfants et quinze arrière-petits-enfants. Un seizième est même en route. Elle a connu la joie de la maternité - "ça c'était une aventure, et on n'avait pas de suivi à l'époque, il fallait aller chercher la sage-femme à cheval dans le village d'à côté pour aider à accoucher", se souvient-elle - et la morsure douloureuse de la mort.

Il y a d'abord eu son mari, un maçon de profession qui lui a construit un lavoir dans la cour de la ferme. "C'était un luxe à l'époque, elle avait de la chance", raconte sa fille Georgette. Plus récemment, elle a perdu deux fils. A cette évocation, un voile humide couvre tout à coup les yeux de Marie-Louise Clouté. Perdre deux enfants à 100 ans passés reste inconcevable. Et puis, il y a tous ces amis, ces voisins, ces gens qu'elle connaissait de près ou de loin, qu'elle a vu passer. Elle retrouve soudain son aplomb. "Je les ai tous dépassé".

Marie-Louise Clouté a vécu plusieurs vies

Une vie bien remplie, qui explique peut-être cette lassitude qui point de temps à autre. "Je suis obligée de continuer. Mais j'en ai presque marre", dit-elle avec légèreté. "Il est temps maintenant, je suis prête." Partir peut-être, mais pas toute seule. "Je m'en irai avec tout ce que j'ai vécu."

Un moment que redoute sa fille, Georgette. "Je sais que j'ai de la chance. On a le bonheur de l'avoir encore avec nous. Et on espère que ça va continuer." En tout cas, elle semble bien partie. "J'ai ouvert la route, il ne vous reste plus qu'à prendre le même chemin. Aujourd'hui c'est plus facile, c'est goudronné."

Le "Si j'osais" en l'honneur de Marie-Louise