Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Les roux de Bretagne se font tirer le portrait pour lutter contre les clichés

dimanche 19 novembre 2017 à 18:02 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique et France Bleu

Le photographe Pascal Sacleux était à Dol-de-Bretagne ce dimanche pour une séance photo réservée aux personnes rousses. Depuis plusieurs mois, il parcourt la Bretagne pour mettre en lumière cette couleur de cheveux peu représentée, et lutter contre les clichés.

Le photographe Pascal Sacleux, entouré de certains de ses modèles
Le photographe Pascal Sacleux, entouré de certains de ses modèles © Radio France - Pascal Sacleux

Dol-de-Bretagne, France

Ils sont une cinquantaine à avoir défilé devant l'objectif de Pascal Sacleux ce dimanche matin. Hommes, femmes, enfants et parents... Ils ont tous un point commun : leur rousseur. Une couleur de cheveux qui pourrait être anodine si elle ne suscitait pas moqueries et réflexions, comme en témoignent certains. Arnaud, 44 ans, vient de faire une photo avec son fils, roux comme lui :

Quand j'étais petit, ça a été très difficile. En école maternelle, on m'enterrait dans le bac à sable. Il est arrivé qu'on me jette des cailloux ou qu'on me traite de "sale roux" dans la rue. Je me suis même fait courser par des skins à cause de ça quand j'avais 20 ans !

Si les choses se sont calmées pour les jeunes générations, les moqueries et les insultes restent pourtant courantes. "J'ai eu quelques petites insultes comme 'poil de carotte' à l'école, mais ça s'est vite calmé" explique Erwann, 12 ans, qui ne se laisse pas faire par ses camarades.

"Etre roux, c'est être différent, dans la minorité. En plus, c'est une différence très visible, donc ça provoque des insultes à base de clichés" indique Elodie Roux, qui travaille actuellement avec le photographe Pascal Sacleux sur un livre pour évoquer la place des roux dans la société française : "je m'intéresse depuis longtemps aux minorités. Un jour, j'ai entendu une journaliste faire la nécrologie de Mickey Rooney en le décrivant comme 'petit, rondouillard, rouquin, et pourtant il aura connu 8 mariages', j'ai bondi. C'était présenté comme si c'était impossible d'être roux et d'être marié ! A partir de là, je me suis dit qu'il fallait que je m'intéresse à cette minorité dont je fais partie", explique-t-il. Les roux ne représentent en effet que 2% de la population française .

Mettre en lumière la beauté version rousse

C'est précisément pour lutter contre les préjugés que Pascal Sacleux s'est lancé dans ce projet photographique il y a déjà plusieurs mois. Après une première exposition de portraits au printemps à l'aéroport de Rennes, il organise maintenant des séances photos aux quatre coins de la Bretagne. "L'idée c'est de montrer la beauté rousse hors cliché, explique le photographe, y compris chez des gens de 84 ans qui n'ont maintenant plus de cheveux ! Il fallait absolument mettre tout ça en avant pour montrer que les rousses par exemple ne sont pas que des plantureuses créatures ultra-sexy, et à l'inverse faire en sorte que les roux s'aiment eux-mêmes car on leur répète tant qu'ils sont moches que certains finissent par perdre confiance".