Insolite

Les "sans radio" retrouvent les ondes... numériques

Par Rémi Brancato, France Bleu Paris Région vendredi 7 octobre 2016 à 4:20

14 ans après, Michel Léon peut à nouveau écouter la radio dans sa cusine
14 ans après, Michel Léon peut à nouveau écouter la radio dans sa cusine © Radio France - Rémi Brancato

Les "sans radio" peuvent à nouveau l'écouter. Après 14 ans de combat, L'association des "sans radio de l'est parisien" peut à nouveau allumer le poste. Les 40 000 foyers privés de radio par un brouillage autour de la porte de Bagnolet peuvent s'équiper depuis quelques jours de récepteur RNT.

Ils peuvent à nouveau allumer leur poste et écouter France Bleu! Les "sans radio", cette association, a été fondée en 2002, par un habitant de Bagnolet, en Seine-Saint-Denis, parce que tout autour d'une antenne des tours Mercuriales, porte de Bagnolet au bord du périphérique, on ne peut pas capter ou alors tres mal la bande FM, en raison d'un brouillage opéré par l'antenne d'une société. 40 000 foyers de Bagnolet, du sud des Lilas, de Romainville, d'une partie de Montreuil et du 20e arrondissement de Paris sont concernés.

14 ans de combat

Après 14 ans de combat pour obtenir une "continuité du service public" et afin de pouvoir écouter les antennes de Radio France, ils ont obtenu gain de cause. "Cela fait deux étages de ma bibliothèque, 5 actions en justice, le bureau du ministre de la Culture et on a mis de 2009 à 2016 pour imposer cette RNT (radio numérique terrestre, ndlr)" explique Michel Léon, président de l'association.

Rémi Brancato a rencontré Michel Léon, qui a retrouvé les antennes de Radio France

En 2009, un rapport d'expertise explique que la solution doit passer par l'émission en numérique. Une antenne a finalement été installée cet été par Towercast, la société dont l'émetteur brouille la radio classique. Et depuis quelques jours Michel Léon achète des récepteurs RNT pour lui et les adhérents de son association. "On retrouve le bonheur d'écouter un concert" lâche cet inconditionnel de France Musique et France Culture. "Je n'ai pas écouté de radio avec cette qualité là depuis 2002" sourit-il.

"Un réel bonheur" pour Michel Léon, président des "sans radio"

Partager sur :