Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Orchidées déterrées le long du Rhin : les voleurs étaient des sangliers

-
Par , , France Bleu Alsace

Début mai, la police allemande lançait un appel à témoin pour retrouver des voleurs d'orchidées sauvages, dans la réserve du Taubergiessen, côté allemand. Des prélèvements ADN révèlent que les dégâts sont le fait de sangliers.

Affaire des bulbes d'orchidées déterrées à Ettenheim (Allemagne)
Affaire des bulbes d'orchidées déterrées à Ettenheim (Allemagne) - Polizei Offenburg

Alsace, France

L'affaire des bulbes d'orchidées sauvages arrachées entre Rhinau (Bas-Rhin) et Rust (Bade-Wurtemberg) est résolue. La police d'Offenbourg, qui parlait début mai d'un vol à grande échelle dans la réserve du Taubergiessen et d'une probable revente illégale à hauteur de 250.000 euros, révèle finalement dans un communiqué diffusé mardi 9 juillet, que les malfaiteurs ne sont autres que... des sangliers !

Les sangliers démasqués par des analyses ADN

L'affaire avait fait grand bruit début mai, qualifié par la police allemande de "délit contre l'environnement sans précédent". Des milliers de bulbes d'une espèce sauvage et protégée d'orchidées avait été déterrées sur plusieurs hectares, le long du Rhin côté allemand. L'enquête, qui a mobilisé quatre policiers et conduit à la mise en place d'importantes mesures de surveillance, n'a révélé "aucune infraction humaine" selon la police d'Offenbourg. Des bulbes ont même continué à être déterrées dans le secteur, malgré la forte présence policière et les appels à témoin.

Les enquêteurs ont fini par faire le lien entre les dégâts constatés, et la présence d'animaux la nuit dans le secteur. Des analyses ADN sont venues confirmer que les traces relevées sur les lieux étaient bien à mettre sur le compte de sangliers.