Insolite

Libération de Dijon : la légende de Notre-Dame de Bon-espoir

Par Philippe Renaud et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne mercredi 9 septembre 2015 à 18:36

La Statue de Notre-Dame de Bon-Espoir à Dijon
La Statue de Notre-Dame de Bon-Espoir à Dijon © Radio France - Thomas Nougaillon

Ce 11 septembre 2015, Dijon commémore le 71ème anniversaire de sa libération. La capitale des ducs de Bourgogne fut « épargnée » de la destruction au départ des Nazis. Peut-être grâce à Notre-Dame de Bon-Espoir. En tout cas la statue de la vierge serait la protectrice de Dijon, Vous y croyez ?

Des dizaines de bougies, de nombreux fidèles en prière. Comme chaque année à l'approche du 11 septembre,  la vierge de l'église Notre-Dame de Dijon est au centre de toutes les attentions. Il faut dire qu'elle aurait sauvé la capitale de la Bourgogne à deux reprises : à chaque fois un 11 septembre.

La première fois en 1513 lorsque les Dijonnais, lors d'une procession, l'ont imploré de délivrer la ville du siège des Suisses. La seconde, lors de la Libération de Dijon, en 1944 alors que tout le monde pensait que la ville serait détruite par les Allemands ce qui n'a pas été le cas malgré de très rudes combats. 

La Vierge Noire

Ce qui marque chez cette vierge polychrome, c'est avant tout son habillement typique des vêtements Bourguignons du XIIème siècle et puis aussi évidemment ce visage long et mystérieux. Sculptée au XIIème siècle par un artiste local c'est donc cette vierge, l'une des plus anciennes de France. Une vierge que les Dijonnais prient depuis près de 900 ans. Et qui est toujours visible dans une chapelle de Notre-Dame derrière un simple portail métallique.

Longtemps baptisée Vierge-Noire (car recouverte d'un vernis noir au XVIIème siècle afin de la préserver), puis Notre-Dame du Marché (en raison de la proximité du marché de Dijon), On la nomme depuis 1513, et la délivrance de Dijon, Notre-Dame de Bon-Espoir. Elle n'a plus changé de nom depuis! Cette vierge, l'une des plus anciennes de France, aurait été sculptée vers 1125 par un artiste local.