Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Lion recherché en Mayenne : de nouveaux témoignages jugés crédibles

samedi 22 juillet 2017 à 15:35 Par Claudia Calmel, France Bleu Armorique, France Bleu Maine, France Bleu Mayenne et France Bleu

France Bleu Mayenne l'a révélé jeudi : la gendarmerie recherche un lion après le signalement d’un chauffeur routier. Il aurait croisé un fauve à St-Jean-sur-Erve. Depuis, les gendarmes ont reçu d'autres appels. Et plusieurs témoignages ont été jugés crédibles. A priori, il s’agirait d’une lionne !

Une lionne (image d'illustration)
Une lionne (image d'illustration) © Maxppp - Sébastien Lapeyrere

Forcé, France

Mathilde est encore un peu émue quand elle évoque la drôle de rencontre qu’elle a faite, tôt vendredi matin, sur la route de Forcé en allant travailler : «Je conduisais quand, 500 mètres après le bourg de Forcé, un animal a surgi sur ma gauche. Une immense bête, toute beige : elle faisait plus d’un mètre de haut ! J’ai eu très peur, j’ai hurlé. Sur le coup, je me suis dit ‘Mathilde, t’es complètement tarée : ça peut pas être un lion !’ Quand, je suis arrivée au travail, j’en ai parlé à des collègues. Ils se sont moqués de moi, normal ! Mais j’étais sûre que c’était un fauve. »

Mathilde affirme avoir vu un fauve vendredi matin à Forcé - Radio France
Mathilde affirme avoir vu un fauve vendredi matin à Forcé © Radio France - Claudia Calmel

C’est en allant chercher ses deux enfants chez sa belle-mère que cette habitante de Louvigné a eu vent de cette affaire de lion qui rôderait dans la campagne mayennaise : «Ma belle-mère avait entendu sur France Bleu Mayenne qu’un chauffeur routier avait vu un lion près d’une route. Et là, ça a fait tilt ! J’étais rassurée : je ne suis pas folle. Elle m’a dit d’appeler les gendarmes qui sont venus chez moi pour prendre ma déposition. »

Mickaël, le mari de Mathilde n’a pas non plus pris sa femme au sérieux quand elle lui a raconté sa mésaventure : « Je lui ai même demandé si elle avait bu ! Moi, tant que je ne vois pas les choses, je n’y crois pas. Bon, après, si plusieurs personnes disent sérieusement avoir vu la même chose… Mais ça me paraît fou, quand même ! » En tous cas, Thomas, 9 ans, est prêt à défendre ses parents et Ambre, sa grande sœur : « J’ai pris mon arc et mes fléchettes. Comme ça, si le lion vient… Paf ! Ça me fait quand même un petit peu peur : le lion, il peut nous griffer ! »

Thomas se sent prêt à affronter la bête ! - Radio France
Thomas se sent prêt à affronter la bête ! © Radio France - Claudia Calmel

Anthony, le voisin de Mathilde et Mickaël prend tout ça avec le sourire : « On pourrait peut-être faire du commerce et organiser un safari à Louvigné ? Je vais en parler à Madame le Maire ! »

« On a quatre ou cinq témoignages crédibles »

Des récits comme celui de Mathilde, la gendarmerie en a recueilli d’autres, ces deux derniers jours. Des déclarations que le colonel David Bièvre prend au sérieux. C’est lui qui commande le groupement de gendarmerie départemental de la Mayenne : «On a quatre ou cinq témoignages crédibles. Il y a une description de l’animal qui est récurrente et qui fait état de détails que nous n’avons pas communiqués aux médias. »

Et ce qui ressort de ces témoignages, c’est qu’il s’agirait a priori d’une lionne ou d'un jeune adulte : l’animal n’aurait pas de crinière mais serait trop grand pour être un lionceau : « Un agriculteur du secteur de Vaiges nous a dit avoir vu une lionne dans un champ. Dans le même secteur, une dame nous a appelés, effrayée : elle a entendu un bruit qu’elle décrit comme un rugissement. Son chien se serait mis à hurler et des biches seraient brusquement sorties du bois en face de chez elle. Une scène qu’elle nous décrit comme totalement inhabituelle. Il y a aussi un autre chauffeur routier qui s’est manifesté entre-temps. Il aurait aperçu un animal similaire début juillet en Sarthe, pas loin de la limite avec la Mayenne. »

Le colonel David Bièvre - Radio France
Le colonel David Bièvre © Radio France - Claudia Calmel

La zone de recherche de l’animal est vaste : elle s’étend sur plus de 30 km de long. Les unités de gendarmerie sont donc invitées à patrouiller de façon plus poussée et à recueillir des témoignages sur le secteur. Les services de la Préfecture de la Mayenne sont prévenus. Un contact a été établi avec l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage : ses agents pourraient être amenés à intervenir pour endormir le fauve s’il était localisé. La gendarmerie n’a pas engagé d’hélicoptère pour ces recherches : « il y a trop de champs et de zones boisées où l’animal pourrait se cacher », pour le colonel Bièvre.

La piste des NAC privilégiée ?

Il n’y a aucun cirque stationné en ce moment en Mayenne. Et les refuges animaliers des alentours n’ont pas signalé de disparition d’animal. Le mystère reste donc entier quant à l’origine de ce fauve, si toutefois il existe bien. Pour le colonel Bièvre, l’hypothèse d’un animal détenu illégalement et qui se serait échappé n’est pas écartée : « Il n’est pas impossible que cet animal soit un NAC, les Nouveaux Animaux de Compagnie. Il a pu être importé illégalement très petit. Et on peut imaginer qu’il ait grandi et qu’il se soit enfui. Si tel est le cas, il faut absolument que le propriétaire nous contacte de toute urgence pour qu’on puisse au mieux cibler l’animal, évaluer son comportement, sa façon d’agir et éviter ainsi qu’un drame se produise. »

Selon le code de l’environnement, la détention non-autorisée d’animaux d’espèces non-domestiques est passible de 2 ans de prison et de 150.000 euros d’amende.

  - Visactu
© Visactu -