Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Un serial-voleur de DVD à la médiathèque de Saint-Hilaire-du-Harcouët

dimanche 28 octobre 2018 à 18:01 Par Marc Bertrand, France Bleu Cotentin

Quelqu'un a dérobé 137 disques en plusieurs vols à la médiathèque de Saint-Hilaire-du-Harcouët, dans le Sud-Manche, pour une valeur de 5000€. Mais qui ? La gendarmerie traine la patte. Mais les bibliothécaires ont mené leur propre enquête.

137 disques, pour une valeur de 5000€ ont été dérobés en quelques mois.
137 disques, pour une valeur de 5000€ ont été dérobés en quelques mois. © Radio France - Marc Bertrand

Saint-Hilaire-du-Harcouët, France

La psychose ? "Peut-être pas quand même", tempère Morgane, une des bibliothécaires. "Mais on en arrive à devenir parano ! Ce qui est troublant, c'est que le voleur est revenu à de multiples reprises". Sans doute des dizaines de fois, pour réussir à voler sous le manteau, depuis le début de l'année, 137 DVD et Blue-Ray à la médiathèque Marin-Marie de Saint-Hilaire-du-Harcouët, dans le Sud-Manche.

C'est sans doute un habitué, quelqu'un qu'on connaît, ça fait bizarre"

5000€ de perte pour une médiathèque déjà pas riche

Montant du préjudice pour la médiathèque : 5000€. "Il faut savoir que les bibliothèques achètent les DVD plus cher que les particuliers, à raison de 40€ environ pour un film, pour des questions de droits. On n'a pas les moyens de racheter les DVD tout de suite, cela va prendre du temps de reconstituer le fond", explique Viviane, une collègue.

Il ne prend que des blockbusters, les Fast & Furious ou Hunger Games, les films qui se revendent bien"

La médiathèque a déposé plainte il y a plusieurs semaines. Mais la gendarmerie traîne la patte : "Ils ne sont même pas venus nous voir à la médiathèque". Les caméras n'ont rien vu, l'enquête piétine, alors, les bibliothécaires ont fait leur propre enquête. En franc-tireurs. 

"Apparemment, il ne s'attaque pas aux livres"

"On n'a qu'un seul film art et essai qui a été volé, c'était un film d'Audiard, à mon avis il n'a pas réussi à le revendre et a dû arrêter de voler du film d'auteur", suppute Morgane. Qui a sa petite idée du portrait-robot du suspect : "Il n'est sans doute pas très grand, parce que les séries TV sont sur les étagères du dessus, et aucune n'a été volée". En tout cas, le profil est celui d'un obsessionnel : "Il ne prend que des films. Apparemment, il ne s'attaque pas aux livres".

Ce qui est dingue, c'est qu'on n'est pas un supermarché : ici, il vole le bien commun" 

La mort dans l'âme, les bibliothécaires ont dû se résigner à mettre sous clé les DVD, dans une pièce fermée. Un catalogue en ligne permet de choisir son envie cinéma du soir, "mais ce n'est pas pareil que de flâner entre les rayons", explique Morgane. Le système a permis de mettre fin aux agissements du voleur. "Mais nous avions fait le choix de ne pas mettre d'antivol à l'entrée, parce qu'on parie sur la confiance", explique Viviane. Surtout, un système de portiques coûte très cher : 25 000€, hors de portée pour la petite médiathèque. En attendant, le voleur est toujours là, quelque part, à Saint-Hilaire.