Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Marcq-en-Baroeul : on a goûté les produits de Minus Farm, un micro-élevage d'insectes comestibles

samedi 21 avril 2018 à 6:52 Par Hélène Fromenty, France Bleu Nord et France Bleu

Du houmous aux grillons, des cookies aux larves... Les insectes arrivent dans nos assiettes et devraient se généraliser dans le futur. A Marcq-en-Baroeul (Nord), Virginie Mixe a créé Minus Farm, un micro-élevage de bestioles comestibles et vendues en ligne. On a testé pour vous !

Minus Farm propose des criquets, des larves et des grillons comestibles.
Minus Farm propose des criquets, des larves et des grillons comestibles. © Radio France - Hélène Fromenty

Marcq-en-Barœul, France

C'est une tendance qui monte, qui monte, et qui pourrait se généraliser dans nos régimes alimentaires dans les années à venir : manger des insectes. Comme ça, ça ne parait pas très appétissant, et pourtant dans le monde entier 2 milliards de personnes en consomment déjà régulièrement.

Le secteur se développe aussi doucement en France et notre région n'est pas épargnée. A Marcq-en-Baroeul, près de Lille, Virgine Mixe a créé Minus Farm, un micro-élevage d'insectes comestibles

Des petites bébêtes vendues sur internet. Et ça marche plutôt bien : l'entreprise vient de lancer une campagne de financement participatif pour développer sa production. Objectif : récolter 7500 euros pour investir dans une unité d'élevage de grillons, un container de 20 pieds.

Tagliatelles aux larves

Pour l'instant, tout se passe dans le sous-sol de Virginie : cela fait maintenant deux ans que ça grouille au niveau moins un de son pavillon. Dix mètres carrés à peine, un peu de chaleur, peu de lumière et des dizaines de bacs en plastique sur des étagères.

La micro-ferme se trouve au sous-sol de la maison de Virginie Mixe.  - Radio France
La micro-ferme se trouve au sous-sol de la maison de Virginie Mixe. © Radio France - Hélène Fromenty

A l'intérieur, des milliers de criquets, de grillons, ou de larves de ténébrions qui grossissent en se nourrissant de bambou, de son, ou de restes de légumes bio.

Les larves vivent dans du son pendant près de trois mois avant d'arriver à maturité. - Radio France
Les larves vivent dans du son pendant près de trois mois avant d'arriver à maturité. © Radio France - Hélène Fromenty
Les grillons évoluent dans des sortes de vivarium.  - Radio France
Les grillons évoluent dans des sortes de vivarium. © Radio France - Hélène Fromenty

Lorsqu'ils arrivent à maturité - 45 jours pour un criquet, 2 mois pour une larve - les insectes sont congelés ou ébouillantés. Il faut ensuite les passer brièvement au four ou à la poêle.

On peut alors les consommer au naturel, ou les cuisiner, avec des pâtes par exemple. "En ce moment, j'adore les tagliatelles aux cèpes et aux ténébrions, souligne Virginie Mixe. Avec un petit filet d'huile de truffe, c'est parfait !"

Ecolo et riche en protéines

On a goûté ces fameuses larves de ténébrions, des sortes de tout petits vers de terre...et c'est vrai que ce n'est pas mauvais du tout ! Il y a même un petit arrière-goût de noisette.

Virginie Mixe prépare aussi des cookies à base de larves. - Radio France
Virginie Mixe prépare aussi des cookies à base de larves. © Radio France - Hélène Fromenty

Autre avantage : c'est écolo, il faut peu d'énergie et de surface pour en produire. Et puis, les insectes sont bourrés de vitamines, et contiennent autant voire plus de protéines qu'un steak de boeuf. "L'insecte s'est vraiment le champion toutes catégories pour avoir, sur une toute petite surface, un maximum d'apport nutritionnel".

L'aspect rebute encore certains consommateurs, mais pour Virginie Mixe, c'est une question d'habitude. "Il y a dix ans, on mangeait très peu de sushis, et la mode du poisson cru a pris très vite. Je présume que ce sera pareil pour les insectes."

Législation peu avantageuse

Et si le succès est au rendez-vous, les prix baisseront. Actuellement, compter quand même 7 euros pour 20 grammes de grillons en poudre. "Ca démarre tout doucement, et nous aussi on va à notre rythme donc on est contents. Là tous les jours on a des commandes, c'est bien". Récemment Virginie Mixe a même concocté un buffet d'apéritifs pour un mariage.

Une partie de la gamme Minus Farm vendue en ligne. - Radio France
Une partie de la gamme Minus Farm vendue en ligne. © Radio France - Hélène Fromenty

La jeune femme espère aujourd'hui que la législation lui devienne plus favorable. Actuellement en Europe, la vente d'insectes n'est pas officiellement autorisée mais certains pays comme la Belgique et les Pays-Bas tolèrent leur commercialisation. En France, plusieurs restaurateurs ou producteurs - comme Virginie Mixe - prennent quand même le risque d'en proposer.